posts dans la catégorie 'Reflexions'


Frappez et l’on vous ouvrira

vitraux mandala

Le Chevaliers Rose-Croix a comme mission d’aider les autres, d’abord par son attitude en société et ensuite  à travers ses enseignements. Nous aimerions aujourd’hui partager certains aspects de ces enseignements afin de permettre à tous de les intégrer dans leur vie. Ce partage n’a qu’une seule intention: apaiser les esprits et réconforter les âmes.

Pour vraiment servir et aider les autres il est d’abord primordial de s’aider soi-même. Le chevalier Rose-Croix doit d’abord apprendre à se connaitre lui-même. En approfondissant qui il est, il apprend aussi à connaître les autres. Quand le Chevalier Rose-Croix apprend à connaître qui il est, quel est le fonctionnement de son esprit, de ses émotions, quand il saisit la Nature réelle de son être, il saisit la Nature réelle de tous les êtres.

C’est par la transformation de son esprit que le Chevalier Rose-Croix peux accéder à sa véritable Nature. Il sait que tout ce qui est intrinsèque à sa vie: la joie, la tristesse, la paix, la peur, l’anxiété, l’amour, l’aversion n’est que  créations de son esprit, et ce n’est qu’en agissant sur son esprit qu’il peut transformer sa vie.

Pour le Chevalier Rose-Croix, l’attitude Sacré et Initiatique, c’est l’esprit tourné vers l’intérieur qui expérimente sa véritable Nature. Contrairement, l’attitude profane, c’est l’esprit tourné vers l’extérieur qui est étourdit par des perceptions sensorielles et par des projections mentales. L’attitude tournée vers l’intérieur, c’est être en contact avec la vraie Nature de l’esprit. Il ne s’agit nullement de s’isoler du monde, de devenir un ermite. C’est plutôt une ouverture de l’intérieur accueillant tous ceux que l’on côtoie et tout ce qui nous entoure. C’est une ouverture à la vie, à la nature, aux gens, aux choses tangibles et invisibles de l’univers. C’est entrer en symbiose, avec ce qui est, en entrant d’abord en osmose avec la véritable Nature de son esprit.

Cette attitude d’ouverture permet au Chevalier Rose-Croix de mettre en action ces paroles de l’évangile de Mathieu:

Cherchez, et vous trouverez;

Frappez, et l’on vous ouvrira; 

Demandez, et vous recevrez. 

La cosmogonie des Chevaliers Rose-Croix

cosmogonie

Nous retrouvons chez les Chevaliers Rose-Croix, une cosmogonie très profonde et complète. Ce système de pensée est en lien avec les antiques écoles de mystère. La clarté de sa pensée la rend compréhensible et accessible à tous. La cosmogonie des Chevaliers Rose-Croix commence par une séparation, un exil. Extirper de sa communauté originelle, l’homme erre maintenant parmi le monde. Il est un exilé, un homme qui cherche partout et par toutes sortes d’expériences extérieures, à retrouver la paix qu’il a connu lorsqu’il faisait partie intégrante de sa Nature Essentielle. Tous ses désirs, tous ses vides intérieurs sont la conséquence de son exil. 

Un jour, ce désert intérieur, ce manque, se traduit par une souffrance tellement grande qu’il cherche à trouver des solutions pour la contrer. Il se met en marche, il entreprend une quête qui le mènera peu à peu, étapes par étapes, vers sa patrie lointaine.  Dès lors, il devient un homme de désir qui souhaite ardemment reprendre sa place en sa communauté, au sein de son Temple Ontologique.

Cette communauté, cette Chorégie pourrions-nous dire, est un jardin mystique, un Foyer lointain où l’Humanité, unifié, a grandi, où elle a connu le Bonheur Ineffable.

Il importe donc de concevoir la mission du Chevaliers Rose-Croix comme la nécessaire édification d’un Temple Social qui est le reflet de cette Union Universelle. Sa mission se double en des plans subtils, et en des régions spirituelles très éloignées du monde que nous connaissons. Il s’agit de l’édification d’un autre Temple, d’un Jardin Mystique, au sein lui-même d’un Éternel Royaume, celui de l’Esprit. Ce Temple, c’est d’abord en lui-même qu’il doit l’édifier, par l’Amour et la Sagesse. Ces idéaux sont les principales pierres de son Temple. Elles sont ses possibilités et il dépend donc de lui pour qu’elles s’imprègnent en son éthique, en ses paroles et en son esprit. Ainsi le Chevalier Rose-Croix doit ressentir au plus profond de son êtres l’Amour de cette antique Chorégie où toutes les âmes sont en osmose et c’est par la Sagesse qui reconnaît la non existence figée des choses et des phénomènes qu’il pourra y parvenir.

 

Notre Temple

Bruges_-_Holy_Blood_church

Parfois nous avons des perceptions intérieures qui nous procurent du bien-être, de la paix et de l’harmonie, quand cela nous arrive, il faut à ce moment profiter le plus possible de ces sensations. Malheureusement, il arrive aussi que des perceptions nous procurent des conflits intérieurs, des perturbations émotionnelles et mentales, alors il est important d’agir afin de se reconnecter intérieurement à l’essentiel. Souvent, nous sommes enchaînés dans des problèmes qui sont créés par des pensées erronées. Au lieu de régler la situation, nous nous laissons envahir par ces idées et provoquons, en nous, des émotions conflictuelles qui peuvent même dégénérer à leur tour en des actions néfastes pour soi et pour les autres. Il est donc important d’agir à la source du désordre intérieur.

Chez les Chevaliers Rose-Croix, il existe un lieu de paix, un refuge où chacun se rend afin de se recentrer et de s’équilibrer. Ce lieu, c’est leur Temple. Évidemment, comme il a souvent été  dit, ce temple n’est pas fait de pierre et de bois. Ce Temple est un endroit de silence, fait de Sagesse et d’Amour mais aussi d’introspection, d’attention et d’observation. Ce temple est intérieur, est habité par un esprit vigilant et conscient qui trouvent des solutions à tous les problèmes tant extérieurs et qu’intérieurs.

Pour le Chevalier Rose-Croix cet esprit vigilant n’est pas un esprit fermé, au contraire, c’est un esprit qui recherche la nature de la réalité.

La majorité des gens perçoivent les situations extérieures comme étant la cause de tous leurs soucis et leurs tracas. Pour le Chevaliers Rose-Croix il en est tout autrement. Pour lui,  ses conflits ne proviennent pas de l’extérieur mais de l’intérieur. Le Chevalier Rose-Croix sait que l’esprit teinte toujours la réalité d’une projection qui déforme la vraie nature des choses. Ainsi au lieu de tenir les situations extérieures ou les personnes responsables de ses malheurs, il entre dans son Temple intérieur afin d’observer profondément la nature réelle de ses perturbations. Plutôt que de se laisser envahir par ses perturbations mentales et créer des émotions et des actions conflictuelles, il se retire du monde pour entrer en silence dans son Temple intérieur, afin de se relaxer, de se détendre et ainsi comprendre la réalité des choses. Par cette méthode il réussit à trouver la source de ses problèmes.

Lorsqu’il rencontre un problème, qu’il soit intérieur ou extérieur, l’esprit des gens est souvent confus et maladroit face à ces situations. Au lieu de saisir l’expérience dans sa globalité, l’esprit s’enlise dans des états négatifs et conflictuels. Tous, nous savons qu’une grande démangeaison ne peut être apaiser en se grattant. Au contraire se gratter équivaut à aggraver cette démangeaison. Pourtant, c’est ce que la majorité des gens font et c’est ce qu’à chaque jour de notre vie nous faisons avec nos perceptions et nos projections.

Pour le Chevalier Rose-Croix il en va tout autrement. Il a appris à créer, à construire un Temple intérieur. Dès qu’il discerne, en lui, une source de conflit, il s’y réfugie en silence. C’est seulement avec l’aide de son esprit silencieux qu’il peut y avoir accès. Mais attention cet esprit silencieux n’est pas un esprit somnolent ou agité, mais plutôt un esprit incisif et vigilant, qui observe les moindres recoins de son être afin de saisir la vraie nature des choses. Il développe ainsi un esprit habile capable d’agir directement sur ses pensées, afin de les rendre inoffensives.

Dans son Temple intérieur, le Chevalier Rose-Croix arrête, autant que faire se peut, toutes ses perceptions sensorielles, il reste complètement silencieux et avec l’aide de la sagesse de la connaissance introspective il examine minutieusement son esprit.

Il tente de saisir où se situe réellement ses pensées perturbatrices, il en cherche leur provenance. Après avoir compris que ses pensées conflictuelles n’étaient que la somme de d’autres pensées conflictuelles, d’émotions et d’actions provenant du passé, mais qu’en elles-mêmes, elles n’existent pas de manière autonome, ces états d’esprit conflictuels s’estompent naturellement. Comme les nuages qui passent dans le ciel bleu n’existent pas d’un manière figée, ils sont en constante transformation. La forme que nous percevons n’est qu’une illusion que notre esprit saisi. Comme les nuages, les idées se crées, se transforment dans un continuum interdépendant et se dissolvent naturellement. Si nous les saisissons et les figeons, c’est nous qui provoquons l’illusion qu’elles existent réellement.

L’esprit agité et en mouvement est maladroit devant les pensées noires ou les mauvaises idées. L’esprit calme et observateur voit plutôt naitre et mourir ces pensées sans s’y accrocher. Ainsi aucune émotion conflictuelle n’est engendrée.

Dans ce Temple, il y a des officiers. Un  couvreur qui garde l’entrée du Temple. Il représente l’attention, qui détermine si ce qui provient de l’extérieur est apte à entrer dans cet espace sacré. Il y a aussi deux surveillants qui siègent à l’Occident. Il représente tous les deux la vigilance. Une fois à l’intérieur du Temple, le Chevalier Rose-Croix demande à ses surveillants d’observer par leur vigilance, les pensées et les émotions qui s’y trouvent. L’esprit agité n’arrive jamais à faire face aux problèmes mais en revanche un esprit silencieux avec l’aide de l’attention et des deux vigilances est à même de pouvoir résoudre avec courage tous les conflits.

Cette manière d’agir devant nos problèmes n’appartient pas seulement au Chevalier Rose-Croix, elle est accessible à tous les êtres, tous ceux et celles qui veulent se sortir de la prison des tourments. Ce n’est pas une démarche intellectuelle mais une action concrète et réaliste devant nos conflits intérieurs. 

Quand nous prenons le temps d’observer notre esprit, nous nous rendons compte qu’il est affublé de pensée de toutes sortes qui vont et qui viennent. Pour le Chevalier Rose-Croix l’entrée dans son Temple lui permet de prendre conscience de cette réalité et de faire disparaître entièrement les pensées perturbatrices par une analyse, profonde et sans complaisance, de son esprit.

Dans son Temple intérieur le Chevalier Rose-Croix retrouve par le silence, la paix, la joie et l’harmonie. Ce Temple il y a accès constamment, en toute circonstance et en tout lieu. Pour lui c’est un refuge de tous les instants. À tout moment il peut y avoir accès, au-delà des perceptions sensorielles et des projections, afin d’aller à la rencontre de la vraie nature de la réalité. C’est pourquoi il ne se sent jamais enchainé par des idées et des émotions perturbatrices car au lieu d’entrer en conflit avec ces pensées et ces émotions, il les accueille dans son Temple, les observe et les analyse en toute conscience. Il les ressent dans leur totalité plutôt que de les prendre une à une. Tout dans la nature changent continuellement et est entraînées dans un mouvement infini.  Il en va de même pour les pensées et les émotions. Il est donc impossible de les figer réellement, sauf dans l’illusion. 

Quand dans notre Temple nous faisons l’action d’observer et d’analyser les pensées qui nous traversent, nous réalisons consciemment comment notre esprit fonctionne. Nous réalisons que la majorité de nos idées sont inadéquates et sordides mais que notre esprit agité les rend importantes. En observant ces idées, elles s’amenuisent et deviennent sans importance. Ainsi nous faisons de la place dans notre esprit, nous agrandissons notre Temple intérieur afin qu’il se remplisse de Sagesse et d’Amour. Plus nous sommes actifs dans cette manière de traiter nos pensées discursives, plus nous sommes attentifs à leur naissance et leur mort, plus nous agissons dans le bon sens. Ainsi nous découvrons la beauté de l’esprit. C’est une méthode simple, elle est toujours accessible et le Chevalier Rose-Croix l’utilise constamment dans son quotidien.

 

 

L’ego

SCHCHAT-066

Lorsque que notre conscience s’identifie au moi, lorsque notre moi se saisi de toutes les facettes de notre être nous devenons vulnérables face à certaines de nos émotions et nos pensées. Au contraire lorsque nous diminuons cette identification à l’ego pour laisser le premier plan à notre Conscience pure, nous stabilisons nos humeurs, notre esprit et nous renforçons notre confiance au Soi.

Le Chevalier Rose-Croix se doit donc de replacer les différents aspects dans la hiérarchie de son être. Afin de trouver la Liberté de notre être et de se libérer de nos maux intérieurs, il indispensable de connaître et de comprendre la nature et le fonctionnement de tous les aspects de notre Être. Il s’agit donc de retrouver la place que chacune des parties occupent.  Laisser la première place à l’ego au détriment de la Conscience, c’est comme laisser notre entreprise être gérer par un petit patron de plancher aux allures de dictateur qui veut tout s’approprier ; toujours insatisfait, insatiable, hargneux, orgueilleux, colérique et contrôlant. Au contraire le Chevalier Rose-Croix se doit de laisser la direction de son Être à sa Conscience intérieure, celle qui conçoit la nature de l’Univers comme le rassemblement d’une infinité de petites particules indéfinissables de par leur multiples et infinis divisions. Dès que notre Conscience se place à ce niveau d’observation et de compréhension, l’ego ne peut plus être perçu comme une entité durable et distincte qui gouverne tout notre être. Cette prise de conscience nous permet de voir l’ego tout simplement comme le résultat d’une suite d’expérience qui sont apparues et ont disparues dans notre conscience mais qui n’ont aucune existence globale autonome. Ce que nous appelons l’ego n’est qu’une création de l’esprit un amalgame de différentes expériences qui n’ont globalement aucune existence propre.

La majorité des gens croient qu’il est possible d’apaiser nos maux et de trouver la satisfaction dans la paix de l’esprit en se pliant à toutes les exigences de l’ego. Le Chevalier Rose-Croix sait par expérience que cet ego est insatiable, et qu’il ne pourra jamais assouvir ses demandes. Il sait aussi que plus on réponds à ses exigences, plus il en redemande, c’est comme boire de l’eau salé pour étancher sa soif.

Le Chevaliers Rose-Croix identifie les attributs de l’ego non seulement de l’extérieur mais aussi de l’intérieur. L’ego veut se glorifier, se nourrir et s’enfler entre autres par le succès, la beauté, la force physiques ou la performance intellectuelle. En fait il va se nourrit avec tout ce qui concerne l’image. C’est aussi toute l’attitude intérieur, nos perceptions et nos projections qui seront teintées de ces attributs. Et ce que l’on conçoit pour soi deviendra des exigences pour autrui.

Pour le Chevalier Rose-Croix il en va tout autrement. Il place sa Conscience au niveau de l’infini, dans la non saisi, dans un continuum d’existence sans aucune autonomie. Toutes ses aspirations sont orientées dans ce sens, et tout son être se définie en fonction de ses aspirations, ce qui lui permet de se libérer de toutes les contingences émotionnelles et intellectuelles négatives.

Le détachement du Chevalier Rose-Croix n’est pas relié à une sclérose de l’esprit qui ne serait aucunement touché par quoi que ce soit. Il n’est pas relié non plus à une froideur des sentiments. Bien au contraire son esprit est submergé par la Fraternité Universelle, l’Amour, la Compassion et l’altruisme ce qui le rend empreint d’une force intérieure et d’une tendresse extérieure.

Le Chevalier Rose-Croix ne trouve pas de plaisir dans le confort et ne se plaint jamais de l’inconfort. Il ne se nourrit pas non plus des louanges que les autres lui adressent et ne croule pas non plus sous leur critique. Il ne recherche pas la notoriété et ne s’attriste pas devant l’anonymat. Il ne cherche pas à faire du gain pour du gain et reste debout devant les pertes qu’il subit. Ainsi il n’est jamais en position de triomphe ni de victime, tout son être est tourné vers les autres.

Le Chevalier Rose-Croix n’est pas attaché à l’ego, il ne voit pas en lui une réalité autonome et figée mais plutôt une interdépendance d’événements et de sentiments éphémères. Il prend la position d’un observateur face à ces événements intérieurs et extérieurs qui se présentent à lui. Il n’est alors jamais dans une dynamique de bon ou mauvais et évite ainsi les constituants mentaux qui produisent des conflits en lui. En prenant cette distance il ne s’identifie pas au constituants mentaux et émotionnelles qui le traverse, il les observe comme des enfants dans une cour d’école. Il laisse toute la place à la Conscience ce qui lui permet d’évacuer l’ego afin d’expérimenter la nature réelle de son Être.

Le Chevalier Rose-Croix doit faire une recherche intensive dans son Temple intérieur afin d’essayer de trouver à quel endroit se loge son ego. Au bout d’un certain temps il se rendra compte qu’il n’y a aucun ego qui existe. Il n’est qu’une création de l’esprit basé sur l’éphémère. Ainsi il se rend compte que ce qu’il concevait comme réel n’est au fond qu’une chimère. Pour vraiment découvrir que l’ego n’est qu’une illusion, il faut sonder toutes les parties de son Être. Ainsi de l’Erreur nait la Vérité, des ténèbres nait la Lumière.

 

La réflexion

TAB_XIX_SteCroix

Dans l’enseignement du Chevalier Rose-Croix, il existe une attitude à développer tant en Chapitre que dans la société profane, une attitude qui amène l’esprit à rassembler ce qui est épars,  il s’agit de la Réflexion. Afin de repousser les limites de notre esprit et en même temps d’en circonscrire l’activité par la mesure, le Chevalier Rose-Croix est appelé à réfléchir toutes ses perceptions sensorielles tant au niveau du cognitif que de l’émotif. Selon la pensée des Chevaliers Rose-Croix, toutes les expériences qu’il vit doivent être réfléchies, c’est-à-dire incorporées consciemment dans son esprit. Sachant qu’elles se réfléchissent dans son esprit en terme de cause et d’effet, le Chevaliers Rose-Croix s’applique à creuser des tombeaux pour les vices et élever des autels à la vertu. Ainsi, « le sujet connaissant, témoin de l’expérience, pose son existence dans la relation qu’il entretient à ses projections, perçues comme monde extérieur. »

L’intériorité du Chevalier Rose-Croix, le sujet intérieur, est en relation directe avec l’objet extérieur. Ces deux polarités tels les deux colonnes de notre Temple, sont en fait déterminées comme la saisie intérieure du vieil homme ; la projection et la saisie extérieure ; la perception. Ces deux aspects sont en intime relation et l’un n’existe pas sans l’autre, en fait on pourrait dire que ni l’un ni l’autre n’existe en soi. D’un point de vue Initiatique ces deux extrêmes sont en fait un seul et même terme car l’un détermine l’autre. Ces deux pôles ne sont jamais considérés comme figés, au contraire, ils sont en constante évolution et en perpétuelle transformation par la mise en action, dans notre esprit, de la réflexion. Une idée naissante dans l’esprit, va transformer une perception par sa projection, qui elle-même fera naître une nouvelle idée. Par l’intermédiaire de la réflexion, il n’existe qu’un flot émergent d’idées en transformation. Tout passe, tout se transforme pour ne laisser qu’une empreinte dans la conscience à condition que l’esprit ait bien réfléchi. Plus la réflexion est profonde, plus l’empreinte sera marquée, cette empreinte est aussi en transformation, elle n’est pas statique et n’a rien à voir avec les sujets de réflexion mais plutôt avec l’acte de réflexion lui-même.

D’un point de vue Initiatique cet acte de réflexion non figé, n’est pas seulement en lien avec les objets de réflexion mais davantage avec l’interaction et l’interdépendance des idées. Il y a donc interrelation entre l’intérieur de l’être, l’objet de réflexion et l’extérieur. Quand cette mécanique que l’on nomme Sagesse s’osmose dans le cœur avec l’amour et la compassion,  la rose prend place au centre de la croix, un nouvel état de conscience naît, le Chevalier Rose-Croix atteint l’état Christique.

Perception et projection

phenix

Pour le Chevalier Rose-Croix, toute expérience personnelle repose sur deux notions essentielles: la perception et la projection. Nous percevons notre environnement au travers nos cinq sens. Ces organes de perception sont en soi limitées car nous ne pouvons percevoir qu’une partie de la réalité. Nos sens captent bien notre environnement mais nous projetons aussi sur celui-ci notre manière de le concevoir. Nos expériences sont conditionnées par nos projections et nos projections influencent notre perception. Nous imprimons sur notre environnement une tonalité psychique qui teinte la réalité. Nous saisissons ainsi les choses en ayant l’impression qu’elles sont, parce que nous les percevons. En fait tout ce qui existe n’est qu’en état de passage, dans un état éphémère d’existence. Tout se transforme, rien n’est figé, rien n’est saisi, comme le temps tout est insaisissable.

En to pan

ouroboros 2

L’enseignement des Chevaliers Rose-Croix nous apprend que tout est en relation avec tout et que tout est un: nous, les autres, notre monde, l’univers, tout ce qui est, tout ce qui est connu ou inconnu. Rien n’est existant de lui-même, tout provient de quelque chose, toutes expériences et toutes connaissances ne peuvent exister en soi, tout dépend et tout fait partie de tout. Le Chevalier Rose-Croix n’est pas en soi, il est lié à une série de causes et effets, de comportements et de réflexions en interactions.  Tout dans l’univers matériel, dans l’univers psychologique, émotionnel ou spirituel existe à travers un réseau complexe d’interconnexions, de relation de cause à effet. Cette notion d’interdépendance et aussi liée à l’impermanence puisque tout est en transformation, en mouvance. Voilà comment le Chevaliers Rose-Croix perçoit le monde.

 

La Volonté Christique

tablier

Pour le Chevaliers Rose-Croix, la volonté est une disposition intérieure qui relève du mystérieux. Qu’est-ce qui le pousse à entreprendre une démarche dans la spiritualité ? Qu’elle est la source réelle de ce pouvoir qui pousse un homme, un jour, à vouloir se transformer ? Pourquoi la volonté d’Amour devient-elle un devoir pour le Chevaliers Rose-Croix, devoir aussi inflexible que la fatalité ?

Pour le Chevalier Rose-Croix il existe un germe intérieur de notre Nature essentielle qui est d’abord enrobé, submergé par tous les aspects de notre personnalité. Celui qui veut se dépouiller de son ego, doit absolument utiliser la force de la volonté. Cette force se traduit par une impulsion intérieure qui devient tellement incontournable qu’elle se déploie avec vigueur. Pour le Chevalier Rose-Croix cette volonté est nécessaire. Quand il a compris profondément que l’autre, l’extérieur, n’était qu’une extension de son propre intérieur, l’idée de recevoir se transforme en la volonté de remettre aux autres. Dès lors sa volonté de recevoir est en lien avec la nécessité de donner. Ce qu’il obtient est pour l’autre. Ce qu’il trouve ne peut demeurer seulement pour lui, il doit indéniablement le redonner. La volonté du Chevalier Rose-Croix se mélange à celle des autres.

Il sait aussi se servir de la force et de la volonté de l’autre afin de retransmettre. Sa faculté de transformation peut être enrichie par la volonté des autres. Il peut s’inspirer d’un écrit, d’une pensé ou encore mieux d’un acte afin de propulser sa volonté à un niveau supérieur. Si une seule fois, il a côtoyé un Sublime Prince Rose-Croix, une incarnation Christique, dès ce moment, sa volonté se décuple et il n’a plus besoin d’aucune force pour la développer, toutes ses inerties sont disparues. Il a appris à se servir de la volonté des Sublime Prince Rose-Croix afin d’enrichir la sienne. Ainsi toutes ses pensées et toutes ses émotions se calquent sur lui. Il imite aisément ses faits et gestes car il veut lui ressembler. Son être phénoménal est transformé en une dimension transcendante et elle est entrée dans son existence. Ce n’est pas seulement un raffinement de sa personnalité, ce changement est beaucoup plus significatif, c’est une imprégnation de tout son être dans l’état Christique. 

Pour le Chevalier Rose-Croix, les symboles sont des moyens pour transformer profondément son état de conscience et même l’inconscient. C’est une vaste réserve de matériel qui lui permet de propulser son être intérieur vers des degrés supérieurs. Il ne suffit pas, pour lui, de lire ou de réfléchir ces symboles mais ils doivent devenir partie intégrante de toute sa façon de penser, de son ressenti pour se transposer dans ses expériences. L’enseignement des Chevaliers Rose-Croix n’est pas une sorte de doctrine ou de théorie mais c’est plutôt une manière de vivre, dans le sens où il fait référence à une expérience supérieure qui ne peut être décrite par des idées ou des concepts. C’est une expérience qui l’émeut, qui le bouleverse à un niveau bien plus profond que celui de l’intellect ou de la conscience ordinaire.

La vie du Chevalier Rose-Croix est inspirée par une dimension spirituelle en lien avec l’archétype de l’état Christique. C’est la vie du Christ qui devient le moteur de développement de sa volonté. Selon la pensé des Chevaliers Rose-Croix, malgré tout ce qui peut être saisi par la conscience rationnelle, conceptuelle, il y a une dimension spirituelle et archétypale de la vie qui doit être abordée. Cette dimension, il la cultive par la prière et la méditation. Il implante, en lui, des racines très profondes qui lui permettent d’implanter dans son inconscient des formes archétypales reliées au Christ. La formation de ces archétypes dépend de ses propres sentiments et ses aspirations profondes, sentiments qui sont au-delà de sa propre personnalité et même de la condition actuelle du monde. Ces aspirations profondes sont éventuellement projetées sous forme objective, et passe donc de l’inconscient au conscient. Ces symboles et archétype deviennent des ponts permettant au conscient de communiquer avec l’inconscient et vice versa.

C’est pourquoi le Chevaliers Rose-Croix utilise l’archétype du Christ comme symbole d’une transfiguration intégrale et de développement intérieur. Cet archétype s’inscrit profondément dans tout son être et se projette dans la réalité par de grandes manifestions d’Amour Universelle.

 

L’eucharistie intérieure

agape jeudi saint

La nature du Christ est présente en chacun de nous et elle est ce qui nous permet d’aller à la rencontre de l’Omnéité. Elle ne peut cependant s’exprimer complètement sans qu’il y ait eu, au préalable, la création de dispositions nécessaires à sa réception. Quand nous recevons un ami à la maison, nous prenons le temps de ranger, de nettoyer et de préparer de la nourriture afin de le recevoir convenablement. Il en va de même pour la réception de cette nature Christique. Il est nécessaire que des vertus soient d’abord mises en place : Foi, Espérance, Charité; Prudence, Tempérance, Force et Justice.  Ces vertus bien installées permettront la bonne réception de la nature Christique en nous. C’est là, la quête que tous les Chevaliers Rose-Croix poursuivent. La nature Christique est à la source de l’épanouissement de toutes les vertus du Chevaliers Rose-Croix. Elle mène ultimement à la transfiguration de l’être.

 

Encore faut-il demander à notre invité de se présenter, il s’agit bien de lui envoyer ce désir, ce carton d’invitation, afin qu’il soit bien au courant de l’événement que nous préparons. Le Chevaliers Rose-Croix se place donc en état de prière, d’ouverture et d’absorption. Cette prière ne se concrétise pas par une formule toute faite, ce n’est pas une disposition de l’esprit mais une prédisposition du Cœur qu’il met en place. Il s’agit au préalable d’alléger son cœur, et de le placer en état de réceptivité. Derrière les contraintes et les vicissitudes de l’esprit, derrière notre personnalité, derrière notre ego, derrière le vieil homme se place un nature profonde et pure, sans tache, claire et omnisciente et cette nature ne peut être accessible que par l’intermédiaire du Christ. Par contre, sans un cœur pur il est impossible d’y avoir accès. L’imitation du Christ est la mise en place des vertus, et l’allégement du cœur, tandis que la prière c’est l’invocation de son nom, l’invitation, c’est l’eucharistie intérieure.

 

Pourrions-nous vraiment développer ces vertus si elles n’étaient pas déjà présentes en nous, dans notre nature Christique. Si elles ont la possibilité de se développer c’est parce que nous possédons, en nous, le germe de cette nature. Sans ce germe il ne peut y avoir de pousse. Sans cette nature Christique au plus profond de soi comment pourrions nous développer ces vertus.

 

Tous nos états de consciences, nos humeurs sont comme des nuages qui passent dans le ciel et qui peuvent parfois voiler le soleil. Cependant, ces paravents ne transforment jamais la nature même du soleil soit d’être lumineux. Au-delà de notre personnalité profane se trouve une nature pure et lumineuse. Les émotions, nos humeurs, nos pensées qui perturbent notre harmonie intérieure ne sont pas incluses dans la nature Christique, ils ne sont que des écrans qui cachent cette nature. Le Chevalier Rose-Croix travaille sans relâche à mettre en place toutes les dispositions nécessaires à l’avénement de l’Eucharistie intérieure.

 

 

 

Bonne année 2016

 

annepont_acrobate 

Pour le Chevalier Rose-Croix, le début de la nouvelle année est un temps de retournement de soi-même, en entrant à l’intérieur de son temple par la prière.

 

 

La Liberté

La-rose2

Les Chevaliers Rose-Croix, dit Sublimes Princes Rose-Croix,  sont ceux qui ont réalisé la vraie nature des choses et des êtres. Avec les yeux de la conscience primordiale, ils voient que tout est en constante transformation. Ils observent le réel comme une illusion, comme une image dans un rêve. À travers le regard de cette conscience primordiale, la Claire Lumière de l’Initiation, qui est inhérente à la vraie nature de l’esprit, ces Sublimes Princes Rose-Croix voient l’ensemble de la réalité comme étant le reflet d’une image dans un miroir. C’est avec les yeux de cette Sagesse qu’il réalise la réalité de son environnement. Toute cette réalité qui semble exister n’est, dans sa nature profonde, qu’une simple apparence sans existence substantielle réelle. Ainsi, pour les Sublimes Princes Rose-Croix, tous les êtres, toutes les choses, n’ont pas une existence figée et séparée mais au contraire  une existence en mouvement et en interaction. En cela, ils ne sont pas enfermés dans un égoïsme, ni dans une égocentrisme, séparés des autres. Leur vision du réel s’inscrit plutôt dans un mouvement altruisme d’échanges, dans un rapport d’Amour, non pas sentimental mais fusionnel, dans une compassion non pas émotive mais d’interrelation. Les Sublimes Princes Rose-Croix s’affranchissent ainsi dans la Liberté.

C’est la Croix qui s’inscrit dans la Rose !

 

À la gloire de l’Esprit et du Coeur!

tableau Temple intérieur

Les résurgences maçonniques, roses-croix, rosicruciennes ou autres se sont surmultipliées depuis  une centaine d’années. Plusieurs personnes sont  à la recherche d’authenticité et pour cela ils revisitent des rituels et des Initiations sans même les avoir reçus, ou encore ils se disent Franc-Maçon, Rose-Croix, etc., tout simplement parce qu’ils ont vécu une cérémonie ou un adoubement.

Qu’en est-il?

Pourquoi pas! si cette Initiation éveille quelque chose en eux c’est excellent.

Mais attention!

Il ne s’agit pas d’avoir reçu tel ou tel Initiation pour dire je suis…

Les Chevaliers Rose-Croix  ne se font pas nommer comme tel. Personne ne sait qu’ils aspirent à cette dimension de l’être et ils ne voient aucun intérêt à ce que les gens le sachent. Encore plus, ils ne savent même pas entre eux qui poursuit cette quête, il le devine, sans jamais en parler. Ils demeure silencieux. Ce titre n’est pas l’apanage de l’ego, il se décline plutôt à travers notre attitude et nos gestes. De plus, les Chevaliers Rose-Croix n’ont rien à vendre, ni livre, ni enseignement, ni médaille, ni régalia.

Le Chevalier Rose-Croix ne se réunit pas nécessairement deux ou trois fois par mois avec d’autres pour se définir ainsi. Ses décors ne sont pas fait d’étoffe et de broderie, son temple n’a pas pignon sur rue.

Ses habits sont plutôt confectionnés du service, du dévouement, d’amour, de compassion, de disponibilité, de bonté, d’ouverture à l’autre, de tolérance, de patience, d’écoute, de détachement, d’humilité, d’empathie etc.

Son Temple n’est pas fait de pierres, ni de bois, il ne contient aucune dorure, ni fatras exubérants, son Temple est fait d’Esprit et de Sagesse. Il est enraciné au milieu de la société, d’abord dans son entourage immédiat, puis dans l’entourage élargi et finalement dans tout l’univers. Tous les êtres dotés d’une conscience en font partie sans pourtant s’y être intégrés volontairement. Chaque être est une pierre de ce Temple, chaque âme s’élève au coeur de ce temple et chaque conscience est une lumière qui l’éclaire. Ce Temple s’inscrit dans l’Infini.

Soyez les bienvenus, encastrez-vous pareil à de vivantes pierres dans un temple à la gloire de

 l’Esprit et du Cœur!

 

 

 

 

 

La Jérusalem Céleste

 pelicanperles

La chute de l’Homme est une allégorie cosmogonique tirée de la Bible que le Chevalier Rose-Croix utilise afin de faire comprendre le sens et la nature de l’esprit et la vie. La religion l’exprime comme étant la faute originelle de l’Homme car les conséquences en sont un exil du domaine spirituel. Le Chevaliers Rose-Croix constate qu’il y a moyen de sortir de cet exil en réunissant ce qui est épars, en sortant de la saisie de soi.

Sur le plan physique le Chevalier Rose-Croix voit comme conséquence de la chute : la souffrance, la vieillesse, la maladie et la mort.

Durant l’enfance il y a une prise de conscience de l’existence du bien et du mal.

Plus tard dans la vie de l’Homme, les conséquences de la chute s’établissent comme la connaissance du bien, sans pouvoir l’accomplir. La connaissance du mal (le mal-être) sans pouvoir s’en libérer et une conception erronée de la nature des phénomènes. De là, il y a une prise de conscience d’un gouffre intérieur.

Puis au cours de sa vie, l’Homme vivra les conséquences sur le plan spirituel par le sentiment de pauvreté spirituelle, de souffrance spirituelle ou même d’une mort spirituelle, se tournant vers un matérialisme insatiable. Il sera esclave de ses perturbations émotionnelles et mentales. Son esprit se couvrant de plus en plus par l’obscurcissement de l’égoïsme, de l’égocentrisme et par l’égotisme.

Le Chevalier Rose-Croix ne s’attarde pas à la culpabilité, ni à chercher les causes de cette chute et encore moins d’essayer de trouver un coupable. Son action est directement orientée vers le rétablissement du corps, de l’âme et de l’esprit.

Sa nourriture spirituelle c’est l’autre. En se tournant vers l’autre il pratique la charité matérielle, la charité de protection, ne pas nuire aux autres, la charité de l’enseignement par l’exemple et la charité de l’Amour!

En observant que de tous les objets, les êtres, les pensées, la conscience sont en constant mouvement, que rien n’est figé, comme nous avons tendance à le croire, mais qu’il y a plutôt interdépendance et interrelation entre tout, il réalise la vraie nature de la réalité. L’autre et lui-même ne font qu’un dans la Liberté, l’Égalité et la Fraternité, dans l’Amour Universel. Ainsi la Chute de l’Homme se résorbe dans l’absorption mutuelle, dans la Chorégie de l’Amour; la Jérusalem Céleste.

La racine de la Culpabilité

« La Liberté pour le Chevalier Rose-Croix s’articule en terme de libération intérieure,

L’Égalité en terme d’Équanimité

La Fraternité en terme d’Amour Universelle.

Accéder à cette vision profonde de la réalité permet au Chevalier Rose-Croix d’éradiquer les racines mêmes de la chute de l’homme ».

Quels sont les racines de la chute de l’Homme? La conception d’un moi autonome; le moi, le je.

La culpabilité est un des facteurs mentaux qui nous retient dans notre prison intérieure.

Comment s’en libérer? En se tournant vers les autres, et en observant que tous les phénomènes (les choses, les gens, mes pensées) ont une nature interdépendante et qu’il n’ont pas une nature autonome, saisie.

 

La Fraternité Universelle pour le Chevalier Rose-Croix

Pelican3

À la naissance nous sommes vulnérable.  Nos parents sont là pour nous protéger, pour nous nourrir et nous apporter tout ce qu’il nous faut afin que l’on puisse s’épanouir et grandir. Plus l’environnement de l’enfant est favorable, plus la relation qu’il a avec les adultes est saine et équilibrée, plus le développement de l’enfant aura des chances d’être favorable. Les enfants sont des récepteurs incroyables, notre attitude les influences énormément. Plus nous leur donnons de l’amour, de la bonté, de la tendresse, plus ils auront tendance à  le rendre. Ils ont un esprit neuf, ouvert et en mode d’apprentissage.

Comme les enfants, nous avons aussi besoin d’amour, de bonté et de tendresse. Les adultes ne sont pas si différents. Pour le Chevalier Rose-Croix une attitude sincère, positive, altruiste, de compassion et d’amour avec les autres se partage et s’enseigne, non pas avec des mots mais dans l’action. Ce qu’ils reçoivent, les autres le rendent et le partage. Toutes les fois que le Chevalier Rose-Croix rencontre l’autre, il va vers lui en s’ouvrant, naturellement, sans artifice et en toute égalité ainsi l’autre naturellement, s’ouvre à lui.  La réponse à l’agressivité par l’agressivité nous propulse dans l’enlisement des perturbations intérieures et vers la violence physique. Le Chevaliers Rose-Croix, répond à l’agressivité par l’écoute, la compassion, la bonté et l’amour, il tente d’influencer et d’annihiler le mal-être de l’autre par la bonté. Tous, nous pouvons l’expérimenter, réfléchissez-y, essayez-le.

La Fraternité universelle n’existe pas d’elle-même, pour le Chevalier Rose-Croix, elle se construit au jour le jour, dans notre entourage, avec nos proches, avec les gens connus et les inconnus, avec ceux que l’on aime, comme avec ceux qui nous rendent la vie difficile. Les buts et objectifs du Chevaliers Rose-Croix sont très élevés, mais leur réalisation s’exerce à chaque moment dans la vie quotidienne.

Actions du Chevaliers Rose-Croix

trésor

Apaiser les esprits et rassurer les âmes, tels sont les actions essentielles du Chevaliers Rose-Croix

La vision juste

Le chevalier Rose-Croix dans toutes ses activités, qu’elles soient extérieures ou intérieures cultive toujours, au préalable, une attitude tournée vers les autres. Il s’agit de ne rien accomplir uniquement pour lui mais toujours avec une intention altruiste. Ce qui lui importe, c’est la Liberté, l’Égalité et la Fraternité entre tous les êtres. La Liberté pour le Chevalier Rose-Croix s’articule en terme de libération intérieure, l’Égalité en terme d’Équanimité et la Fraternité en terme d’Amour Universelle. Ses objectifs sont de répandre l’Amour selon la voie Christique et de se Libérer de ses conceptions figées d’un moi individuel et autonome. Étant donné que tous nos maux et malheurs sont issus de cette vision erronée de la réalité, le Chevalier Rose-Croix aura comme principal projet de favoriser en lui l’émergence d’une vision ouverte de la réalité, dans le seul but de trouver le degré ultime de Sublime Prince Rose-Croix afin d’aider les autres êtres à y accéder. Sans cette disposition d’esprit nul ne peut accéder à ce degré. C’est à cause de l’erreur ou de l’ignorance, cette méconnaissance intérieure de la réalité que les fautes de l’esprit et des émotions naissent en nous. Accéder à cette vision profonde de la réalité permet au Chevalier Rose-Croix d’éradiquer les racines mêmes de la chute de l’homme.

La Sagesse du chevalier Rose-Croix

Elle est la mise en action du discernement juste. On distingue trois types de discernements:

· Le discernement profond: celui qui observe d’abord extérieurement puis intérieurement la non-existence indépendante de soi-même et la non-existence indépendante des choses et des évènements. On observe plutôt l’interdépendance de soi-même avec les autres et avec les choses et les évènements, ce qui entraine la non-fixité. On affine ce discernement par sa réflexion et sa contemplation. Le Chevalier Rose-Croix développera d’abord la pacification de l’esprit par la concentration. C’est le renversement du maillet, renversement de l’erreur ou l’ignorance ultime par la Sagesse profonde de l’Égalité, la Fraternité et la Liberté, soit la GNOSE

· Le discernement profane: c’est la compréhension, la connaissance dans le domaine des savoirs profanes du monde. C’est une compréhension éclairée venant de plusieurs sources ou cultures du savoir Traditionnel. Il ne s’agit pas seulement de connaitre extérieurement ces savoirs mais aussi d’avoir saisi intérieurement la valeur de leur sens par le truchement de l’analogie symbolique. L’apprentissage de cette connaissance, amorcé dès le second degré de compagnon, est extrêmement important afin d’avoir une vue juste et large des multiples savoirs humains.

· Le discernement du cœur : Le Chevalier Rose-Croix développe cette intelligence du cœur en discernant ce qui est bénéfique pour les autres, ce qui leur permet de s’épanouir intérieurement. Comme le pélican il sait ouvrir son cœur à tous, tout en sachant discerner les besoins réels des autres.  Ainsi le Chevalier Rose-Croix sait exactement quand il doit agir et quand il doit s’en abstenir, son seul objectif est d’aider adéquatement tous les êtres en les protégeant, les assistant, et les aidant en leurs besoins, temporels comme spirituels. Le Chevalier Rose-Croix s’efforce de donner l’exemple de toutes les vertus, sacrifiant par avance tout vain désir d’honneur, toute ambition, et toute vanité. Et cela non par orgueil stérile, mais dans le seul but d’inspirer à tous le désir de les acquérir.  Il pratique la Fraternité humaine en toute son amplitude pour en démontrer les bienfaits. Il est le soutien du faible, l’adversaire de l’injustice, s’opposant à toute violence imméritée, d’où qu’elle vienne, qu’elle s’adresse au corps ou à l’âme.  

 

Chevaliers Rose-Croix, degré Sacré-Coeur

 

La Franc-Maçonnerie comme plusieurs écoles Initiatiques, possède un degré archétype en lien avec les qualités de cœur, d’Amour universelle et de Sagesse. Ce degré est celui de Chevalier Rose-Croix. Le Chevalier Rose-Croix est appelé à se dévouer à la Fraternité Universelle et au développement spirituel de tous les êtres.

 

Ces qualités doivent transparaître dans sa vie quotidienne par des actes, des paroles et des pensées justes empreintes de Sagesse et d’Amour Fraternelle. Le respect du comportement éthique est essentiel dans la voie qui mène au Sublime Prince Rose-Croix. C’est à la fois, le moyen pour vivre en harmonie dans le monde et l’aboutissement de toutes pratiques plus avancées. Le Chevalier Rose-Croix doit, au-delà de ses intentions, mettre en pratique ces idéaux spirituelles, sans cela, il ne peut porter ce titre.

 

Pour arriver à mettre en action ses idéaux, le Chevaliers Rose-Croix développera sa Sagesse, par cette Sagesse il découvrira en son Cœur l’Amour Fraternelle Universelle. Tous ses efforts sincères afin d’améliorer son éthique personnelle lui permettront peu à peu de prendre conscience de l’interdépendance et de l’interrelation qui existent dans notre monde et même au-delà. C’est par le respect de l’éthique que l’on peut juger de la maturité spirituelle d’un homme indépendamment de son érudition. Ne dit-on pas que l’on reconnaît un arbre à ses fruits, nous reconnaissons aussi le Chevaliers Rose-Croix par ses actes, ses paroles et ses pensées. C’est ce qui permet de s’évaluer soi-même, mais de savoir aussi, s’il convient d’accorder ou non sa confiance à l’autre, question qui reste particulièrement importante quand il s’agit de choisir une voie spirituelle.

 

Si le désir de ne pas nuire aux autres est nécessaire, il reste cependant insuffisant pour progresser dans la voie. C’est en se dévouant au service des autres, que l’on peut grandir soi-même à leur contact. S’intéresser sincèrement à ses semblables en leur consacrant du temps et de l’énergie dans le monde concret ou par la prière, permet de sortir du cercle vicieux des préoccupations égocentriques. Il ne s’agit pas ici de perdre le sens des réalités dans une vision idéaliste du monde, mais, ne penser qu’à sa propre évolution spirituelle ou matérielle est le plus sûr moyen de s’enfermer dans une attitude dualiste, source de beaucoup de conflits, de rivalités, de frustrations et de ressentiments, ce qui est complètement à l’opposé de l’esprit du Chevaliers Rose-Croix qui tend à dépasser la notion d’égoïsme.

 

Prier ou méditer pour le bien de tous les autres, c’est développer une immense compassion au delà des formes et des apparences. C’est comprendre que la source de la vie est unique, et la même pour tous, ceci nous rapproche des uns des autres, la distance n’existe pas, l’individualité se dissout dans le grand tout, les sentiments et les pensées de tous sont aussi les nôtres. Avec le temps on se rend compte que la vie est fluidité et osmose.

 

Le Chevalier Rose-Croix pense qu’il existe des liens mystérieux qui relient le cœur de tous les êtres ensemble pour ne former qu’un seul et même cœur, ou une seule et même âme. Par la prière et la méditation, cette interrelation permanente permet de nous élever et de prendre refuge dans une sorte de Sacré-Coeur.

 

Fréquenter des lieux et des êtres de prière, c’est créer des liens au niveau des plans spirituels du monde invisible avec tous ces êtres, et s’assurer de recevoir toujours plus de sagesse et de joie. Réciproquement, si nous sommes conscients que l’état de notre esprit retentit à distance sur tous les êtres, nous nous sentirons devenir peut-être plus responsable de notre propre état intérieur.

 

Du point de vue spirituel, être c’est agir, une manière particulièrement efficace d’aider et de s’éveiller spirituellement revient à cultiver en soi volontairement et consciemment des sentiments et des pensées positives, et tout particulièrement celui de la joie de vivre.

 

Un maître a dit : « la joie fait venir le bonheur, le mécontentement et l’insatisfaction le font fuir.

Un cœur joyeux permet de créer autour de soi toujours plus de lumière et de renouveau. »

 

La vie spirituelle consiste à s’imprégner de la force de vie de l’univers.

 

Un autre Maître disait :  » Il ne s’agit pas de faire davantage, d’avoir davantage, d’être davantage, mais de cultiver le lâcher prise, l’action de grâce, la reconnaissance, et de s’émerveiller de tout ce qui est manifesté pour nous, partout et à chaque instant. Il faut vivre sa vie patiemment pas à pas. Ainsi le Chevalier Rose-Croix qui aura le cœur rempli d’enthousiasme et de joie de vivre éliminera tous ses poisons mentaux, il vivra longtemps et en bonne santé. »

 

Transfiguration Christique, la Christéïté

Le degré de Chevalier Rose-Croix, en est un de cœur et d’esprit, il est l’aspiration et l’engagement à atteindre la Liberté et la Transfiguration, afin d’y mener tous les êtres, et ainsi les libérer du mal. Celui qui engendre cette motivation et qui en fait le serment est appelé Chevalier Rose-Croix. Par l’imitiation du Christ il s’engage dans le voie menant à l’état Christique, en développant un Coeur pur et un Esprit libéré de toutes passions. Ce degré conventionnel de la Franc-Maçonnerie est une représentation d’un degré charnière dans la quête Ultime de la libération, il est la voie Royale de l’amour et de l’Altruisme qui mène à la Transfiguration Christique, la Christéïté.

 

L’heure où la Rose fleurira sur la croix

Tous les Hommes sont mes Frères

Tous les pays me sont chers

Je les parcours de partout

Afin que l’esprit puisse descendre

Et trouver un chemin vers vous

Jusqu’à ce que je sois enfin arrêté

et fixé définitivement

Au terme de ma carrière

À l’heure ou la rose fleurira sur la croix

 

La Connaissance … vouloir le savoir…

 

Le Chevalier Rose+Croix…

Le degré maçonnique de Rose+Croix, dans le passé, a été chrétien et fondé sur les Évangiles… Aujourd’hui, le degré de Chevalier Rose+Croix du 18ème degré, se veut Christique sans être Chrétien ; il n’impose aucun des dogmes des Églises catholique ou réformée… L’enseignement du degré peut même être énoncé sans véritable référence religieuse, dans une parfaite continuité de l’enseignement maçonnique des degrés précédents.

Après un parcours initiatique en Loge Bleue où il a été initié au silence, à la parole et à la réflexion sur la mort à partir de la légende d’Hiram, puis en Loge de Perfection où, prenant pour support les tribulations des anciens Hébreux, il a élevé sa réflexion sur la justice, la sagesse de Salomon, la construction du Temple et la recherche d’une mythique Parole Perdue, identifiée à « la Vérité », le Maçon parvient à ce degré de Chevalier Rose+Croix…

Après soixante-dix ans de captivité à Babylone, les Hébreux avaient reçu de Cyrus la permission de rentrer à Jérusalem, et de reconstruire le Temple… Ce second Temple, néanmoins, devait s’effondrer lui aussi, et Israël serait dispersé… Un troisième Temple, mystique celui-là, devait être fondé sur une nouvelle loi… Désormais « l’Amour devrait tempérer et sanctifier l’Autorité et la Justice. »… C’est là l’enseignement majeur du 18ème degré, celui de Chevalier Rose+Croix : l’amour sanctifiant l’autorité et la justice.

Au sujet de la démarche initiatique du Chevalier Rose+Croix, une question mérite d’être posée : Accomplir en soi le Grand Oeuvre pour transmuter le plomb en Or, élever l’esprit au-dessus de la matière et devenir tout esprit, n’est-ce pas une démarche mystique ?

Le 18ème degré se rattache clairement à la tradition rosicrucienne et à ses sources hermétique et alchimiste, avec l’addition de symboles issus de la Maçonnerie opérative et du christianisme…Tel qu’il est, propose, dans le cheminement initiatique maçonnique il est un sommet, une clef de voûte, un degré phare, celui de la sagesse… Au 18ème degré, l’initié découvre que le Temple doit être de nature spirituelle et que l’outil pour le construire c’est l’Amour.

Le ressort secret de la démarche, c’est « La Parole » qu’il faut retrouver…

L’énigme de la Parole ! Parole perdue, substituée, retrouvée, substituée de nouveau…Sa signification est duale…Identifiée à la Vérité elle s’adresse à la raison par l’intelligence, identifiée à l’Amour du prochain elle s’adresse au sentiment par l’émotion… Serait-elle l’alliance de l’intelligence et du sentiment ? Il n’est pas impossible de considérer que ces deux voies doivent se rejoindre à un niveau supérieur, celui de l’esprit…

Certains degrés placent l’initié à la croisée des deux démarches maçonniques : perfectionnement personnel et ouverture sur le monde.

C’est le cas pour le Chevalier Rose+Croix. Si l’on considère que l’Amour, symbolisé par la Rose rouge, est aussi bien l’amour de soi-même que l’amour du prochain et que la Croix représente aussi l’intersection de la Verticale et du Niveau, il y a là une représentation du caractère dual de la réalisation personnelle maçonnique, faisant la synthèse entre la démarche à la rencontre de l’autre et l’affirmation de soi.

Cette synthèse avait reçu une première tentative de solution avec la Fraternité maçonnique…Au 18ème degré, la voie de l’Amour propose une solution plus élevée, permettant de réunir plus harmonieusement les deux démarches.

Avant de continuer posons-nous la question suivante… La référence à Jésus pose-t-elle un problème au franc maçon défenseur de la laïcité ?

Sous l’affirmation par laquelle Jésus se disait fils de Dieu, nous pouvons comprendre qu’il suggérait que tous les hommes sont fils de Dieu… La Cène, qui réunit les Rose+Croix dans un repas rituel, a le sens d’un rappel de l’égalité des convives partageant la même nourriture, considérée comme sacrée et indispensable à la vie et par là d’une évocation de l’égalité fondamentale de tous les humains.

Pourtant, lorsque la nourriture est l’animal sacré, le totem du groupe, alors, le sens du symbole atteint au mystique… C’est le cas avec l’agneau ou le bélier… Le caractère sacré de la brebis symbole est attesté par l’attitude du Bon Pasteur… L’animal est porté sur le cœur d’où émane le feu sacré de l’amour ; feu sacré, lumière intérieure, agent de la réalisation du Grand œuvre…Le coeur du Rose+Croix est l’athanor…

Le feu Rose+Croix est celui d’où le Phénix prend son essor… Ce feu est l’énergie universelle animant le monde et tout ce qui vit. Il est symbolisé par la couleur rouge… Quel est ce feu régénérateur ? Sinon l’amour universel? L’amour qui doit inspirer la réflexion de l’esprit. Le Phénix, oiseau mythique, était dans l’ancienne Égypte l’animal du Dieu Rê, et en cela attaché au culte du soleil, donc de la Lumière, de l’esprit qui éclaire le monde…

Ressemblant à un aigle dont le plumage serait paré de rouge, de bleu et d’or, cet oiseau fabuleux, probablement androgyne, ne pouvait se reproduire qu’en se consumant de lui-même, pour renaître de ses cendres…Sentant venir sa fin, il construisit un nid en forme de bûcher auquel sa propre chaleur mettait le feu…Il se consumait alors dans les flammes qu’il avait allumées…Puis, des cendres de ce bûcher, il surgissait un nouveau Phénix… Cette légende symbolise l’action du feu destructeur et régénérateur, du feu vital… Le Phénix, pour les Égyptiens qui voyaient en lui l’âme d’Osiris, était le symbole de la renaissance cyclique à l’image du soleil…Il figure la résurrection et l’immortalité.

Pour les chrétiens, le Phénix est le symbole de la personnalité divine du Christ ressuscité, il donne sa forme à la volonté de survie de l’homme et donc à l’Espérance, vertu théologale. Le Pélican figurant, lui, la nature humaine du Christ et son sacrifice pour l’humanité, il est clairement le symbole de la Charité, autre vertu théologale.

La légende dit que le Christ est mort à trente-trois ans. C’est l’âge symbolique choisi pour le Chevalier Rose+Croix… Pourquoi a-t-on attribué à Jésus l’âge de Trente trois ans ? Sans doute parce que, grand initié type, il a réalisé complètement le projet de l’initiation. C’est l’âge auquel il a sacrifié son MOI pour devenir pleinement Fils de Dieu, après quoi il a pu dire : « Tout est consommé ! »

La tradition perpétuée par la Fraternité Rose+Croix a été reprise par la franc-maçonnerie. Deux traits caractérisent la franc-maçonnerie moderne, la recherche de la lumière et la conservation d’un secret… La recherche de la lumière incline à la philosophie, dans le sens de celle des philosophes des Lumières, qui voulaient par l’usage de la raison éliminer la superstition.

La conservation du secret est liée à la recherche ésotérique d’une réponse aux grandes questions métaphysiques, dans la filiation d’une tradition gnostique… Tout franc-maçon essaie, avec plus ou moins de bonheur d’équilibrer ces deux démarches. Selon que l’une ou l’autre de ces deux attitudes est privilégiée, on peut arriver soit à un courant philosophique, soit à un courant mystique… Dans l’exagération, le courant philosophique peut dériver vers le rationalisme et le courant mystique vers l’occultisme… La solution est l’équilibre entre les deux démarches.

Le mystère des origines de la Tradition n’est pas complètement éclairci, mais il semble bien que l’on puisse entrevoir sa justification dans une très ancienne démarche de l’esprit humain tourné vers la recherche libre, hors des dogmes imposés… Démarche que nous avons retrouvée chez les troubadours, les hérétiques cathares et les Templiers, les Fidèles d’Amour, les alchimistes et les Rose+Croix du XVIIe siècle… Tous ont eu la spécificité commune de tenter librement une recherche de sens, sens de la vie humaine essentiellement, réflexion personnelle hors des dogmes, mais aussi hors et au-delà du réel, métaphysique au sens propre, une démarche de recherche par l’imagination en liberté, gnostique et souvent mystique… À la limite, il n’est pas absurde d’imaginer que cette attitude ait caractérisé certains acteurs du progrès humain depuis l’aube de l’humanité…

On peut interpréter dans ce sens les plus vieilles légendes, la désobéissance d’Adam et Ève notamment, et attribuer à cette Tradition un caractère originel et universel… chercher plus de lumière dans la connaissance de la nature et du monde, pour acquérir le pouvoir de maîtriser la nature, sa nature et son destin… La Tradition peut être comprise comme une volonté d’action, fondée sur l’usage de la raison, la Fraternité d’aujourd’hui devrait essayer de réunir des hommes de talent et de bonne volonté, ayant l’ambition de maîtriser l’avenir de l’humanité.

Avec les francs-maçons Rose+Croix, la recherche du sens de la Tradition s’est focalisée sur une mythique et énigmatique Parole perdue. Une parole qui donnerait son sens à l’initiation rosicrucienne et en constituerait le secret…

Quel est le sens, quel est l’enseignement, qui dissimule la tradition rose-croix ???

Le mot de l’énigme ne peut être révélé qu’aux initiés, tout en les mettant en garde contre les interprétations que pourraient en faire les malveillants. Pour un mystique, la Parole perdue pourrait être la véritable parole de Dieu, que le rosicrucien s’efforcerait de retrouver par lui-même…

Pour un franc-maçon qui se veut l’héritier des philosophes des Lumières, la Parole serait plutôt le Verbe de Saint-Jean, le logos des stoïciens, la raison humaine exprimée par le langage traduisant la pensée, et il aurait compris que cette Parole doit réaliser une harmonie entre la raison et l’amour.

Il cherchera le sens de la vie par une pensée libre et personnelle un effort de son imagination en liberté, en dehors de tout dogme, dans la ligne de la tradition de la gnose. Il s’élèvera au niveau d’une spiritualité cosmique plutôt que mystique, une spiritualité attachée à la communication avec la nature humaine, plutôt qu’à une recherche de communication avec le surnaturel. La référence aux chevaliers fait allusion au Graal et par là à leur quête de spiritualité… Mais elle fait aussi penser à leur action par le glaive de la justice, au soutien de la cause des faibles et des opprimés, dans un combat pour la solidarité contre l’égoïsme… Elle évoque le voyage, ou l’errance, à la recherche de nouveaux horizons, à la rencontre de l’étranger.

Que pourrait être un Chevalier Rose+Croix aujourd’hui ?

Quelqu’un qui cultive son esprit, pour parvenir, par la connaissance de la nature et du monde, à s’élever au-dessus des dogmes, afin de rapprocher tous les hommes… Quelqu’un qui place sa relation à l’autre, sous le signe de l’amour et se dévoue pour une humanité plus solidaire et plus fraternelle…

Il devrait sans doute, en vue d’accéder au titre de Chevalier, suivre un parcours initiatique inspiré de celui de Perceval : d’abord, montrer qu’il a la Volonté, la Force, l’Audace, le Courage et la Persévérance d’assumer son humanité ; apprendre à maîtriser l’art qui, par la sagesse, confère l’autorité nécessaire afin de s’engager pour améliorer la société humaine, enfin cultiver la beauté de l’amour et élever son esprit au niveau d’une éthique, et cette démarche commence pour les Chevaliers de Lumière le jour de l’initiation, je pense que chacun peu profiter de cette question pour regarder en soi et constater sa propre démarche, c’est cela qui est important pour la suite, franchir des degrés sans en avoir assimilé la quintessence ne fait rien progresser… !

Aujourd’hui, pour un franc-maçon parvenu à la véritable maîtrise par son travail sur lui-même, être Rose+Croix c’est se conduire en continuateur d’une tradition immémoriale,celle de l’humain, conscient de sa marge de liberté, qui a la volonté de maîtriser le destin de l’humanité ; c’est être un véritable humaniste et pour arriver à cet état il faut commencer à se construire tout au long du parcours maçonnique dès l’initiation…

Chevalier, le franc-maçon Rose+Croix se reconnaît le devoir d’agir, pour faire régner la justice…Il cherche les moyens de traiter avec équité les êtres les plus faibles et au besoin il se bat pour les protéger…

Il n’hésite pas à aller vers l’autre pour le connaître et le comprendre, afin de respecter sa différence, tout en cherchant à mettre en évidence ce qu’il y a de commun entre lui et l’autre, qui en fait un semblable, un «frère», et justifie la solidarité qui doit s’établir dans la grande communauté humaine, même si certaines organisations ne se reconnaissent qu’elles-mêmes, peu importe, un homme qui à reçu la Lumière sera toujours un «frère» et mérite la reconnaissance et le respect de chacun. Enfin, se parant du titre de Chevalier, le franc-maçon avant de devenir Rose+Croix, doit être un homme d’action, animé par deux vertus essentielles : la Volonté et le Courage…

JDi ∴X mai 2010e∴v∴

Bibliographie : JM Viv.’.- C D-G.’.

Observez

Observez dans Entrée 522k3-Anacapri-eglise-Saint-Michel

Observez autour de vous!

Quelqu’un a besoin de vous, soit physiquement, moralement, psychologiquement ou spirituellement.

RÉPONDEZ AU GENS DANS LE BESOIN AVEC AMOUR ET GÉNÉROSITÉ.

TELLE EST LA VOIE DU SUBLIME PRINCE ROSE+CROIX

Le Renoncement pour les Chevaliers Rose-Croix

Le Renoncement pour les Chevaliers Rose-Croix dans Reflexions rose-cross1

Le renoncement ne signifie pas l’ascétisme austère, c’est plutôt un état d’esprit. Renoncer c’est lâcher prise, cela apporte la liberté, la paix et nous permet d’être totalement ouvert.

Les Sublimes Prince Rose-Croix, ne vivent pas dans l’aisance matérielle et dans le luxe, car ils savent  que cela n’apporte pas un bonheur permanent, que cela ne résout pas le problème de la naissance, de la souffrance, de la mort et ils ont renoncé à tout cela. Ils ont laissé leur famille, leurs possessions, leurs richesses et sont partis seul, dans la solitude. Grâce au renoncement, ils ont accédé à un degrés très élevés de la spiritualité jusqu’à la transfiguration.

Faire, avoir, devenir sont des distractions qui nous tiennent éloignés de l’essence de la vie et nous conduisent à nous attacher. Pendant les retraites et les pèlerinages, nous laissons pour un moment notre famille, nos amis, notre maison, notre confort, nos habitudes et nous devons suivre l’imitation du Christ dans notre emploi du temps.

Ce renoncement permet de progresser. Le Christ, en renonçant à tout, prodigua la voie de l’Amour et de la Vérité. Il nous montra ainsi que la souffrance et le mal être est inhérent à la vie, mais que le détachement de ses causes : le désir, l’avidité, l’attachement, le pouvoir, la renommé, l’orgueil, la haine, la jalousie etc., peut nous permettre de faire naître en nous le Saint-Esprit et nous libérer.

Le désir nous enchaîne créant l’attachement et la souffrance. Alors que le renoncement apporte la liberté et la sérénité. La racine du désir est profondément ancrée en nous. Nous désirons sans cesse. Nous désirons ce que nous n’avons pas, nous désirons que les choses soient différentes, qu’elles se déroulent selon nos souhaits. Cela génère une grande agitation mentale. Ou bien nous ne voulons pas, nous résistons, nous rejetons, nous évitons, nous nous plaignons. Ces deux très grandes forces du désir sont en nous. L’énergie de vouloir et l’énergie de ne pas vouloir.

Nous passons notre vie entière à essayer d’obtenir ce que nous désirons et à essayer d’éviter ce que nous ne souhaitons pas. C’est très fatigant. Même quand nous prions et méditons, nous continuons à désirer. Nous souhaitons avoir des sensations agréables et nous rejetons celles qui sont désagréables. Si nous avons eu des expériences agréables, notre esprit cherche à retrouver ces expériences agréables. Si nous n’avons pas d’expérience plaisante, nous souhaitons en avoir. Même pour la spiritualité nous sommes remplis de désirs.

Par exemple, pendant les pèlerinages, nous voulons marcher seul et nous espérons que personne ne se  trouve trop souvent sur notre chemin. Si quelqu’un s’y trouve, nous ne sommes pas bien! Nous pensons que nous souhaitons prier profondément dans la solitude. Nous le désirons fermement, nous nous attachons à cette idée et finalement, nous souffrons. Pendant que nous désirons, nous ne sommes pas présents et nous ne voyons pas ce qui se déroule dans le présent.

Le bonheur ne dépend pas de l’objet lui-même, mais de la relation que nous avons avec cet objet. S’il n’y a pas de désir, il n’y a pas de résistance, d’aversion et de souffrance. Quand nous acceptons ce qui est, nous sommes heureux.

Nous pouvons par exemple avoir des douleurs et nous énerver, les rejeter, nous plaindre et donc souffrir. Et nous pouvons aussi rester équanimes face à ces douleurs, les accepter, les observer calmement et ne pas souffrir. C’est la même situation, mais le rapport à cette situation change. Nous renonçons au confort, au bien-être, et nous acceptons la réalité présente : les douleurs. Nous nous ouvrons au lieu de nous fermer et de rajouter de la tension et de la souffrance. Par conséquent, ce ne sont pas les expériences qui nous font souffrir, mais notre façon de les vivre.

Nous pouvons nous demander si, quand nous obtenons ce que nous désirons, cela nous satisfait vraiment ? Nous recherchons en fait un bonheur, une paix durables. Mais quand nous réalisons nos désirs, ceux-ci ne durent pas.

Nous pouvons voir cela grâce à la prière et la méditation. Nous voyons que toute expérience est transitoire, constamment changeante, qu’elle soit bonne ou mauvaise, que ce soit la meilleure ou la pire de notre vie, où est-elle maintenant ?

Quand nous savons vraiment que tout va et vient, que toute passe, nous nous attachons moins, car rien ne dure. Tenir compte de l’impermanence des choses apporte un grand soulagement.

Si vous voyez l’impermanence des formes, des sons, des odeurs, des goûts, des pensées avec sagesse, la joie apparaît. Cette joie est basée sur le renoncement, sur le non-attachement. C’est participer pleinement à l’expérience, sachant qu’elle est impermanente et donc la laisser être et disparaître.

C’est ce que nous apprenons avec la pratique : être avec chaque chose agréable ou désagréable avec équanimité. Quelles que soient les circonstances, nous sommes en paix.

Quand nous sommes pris par le désir ou la résistance, quand nous nous attachons, que nous voulons atteindre quelque chose dans le présent ou le futur, nous sacrifions notre paix intérieure pour des expériences impermanentes. Tous ces désirs, tous ces espoirs qui naissent dans l’esprit n’ont pas nécessairement besoin d’être comblés car ils sont eux aussi impermanents. Ils apparaissent en fonction des conditions et disparaissent même si ce sont de forts désirs.

Nous pouvons demeurer paisibles au milieu de ces désirs car ils ont une durée limitée, ils vont disparaître ; nous n’avons pas besoin d’agir sur eux. Ainsi, nous ne sommes plus victimes de la force du désir. Nous avons le choix d’agir en fonction de notre sagesse discriminante. Lorsque notre esprit sera pur, le désir n’apparaîtra plus.

Quand nous voyons le désir avec l’attention, sans nous identifier, sans en être la proie, il n’y a aucun problème. C’est seulement un état d’esprit comme les autres, un autre phénomène impermanent tout comme la peur, la colère, les douleurs, les pensées, les sons, les formes…

Mais si nous nous identifions au désir, nous en devenons prisonnier et nous réagissons. Les choses sont hors de contrôle, nous ne pouvons pas les contrôler et si nous désirons ou résistons, nous souffrons. Tout comme le temps, qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il vente, nous n’avons aucun contrôle. Nous ne pouvons pas décider du temps qu’il fera. Il en est de même pour notre esprit, nous ne décidons pas des phénomènes qui apparaissent. Cela peut être l’ennui, la colère, la peur, le désir, les pensées, la tristesse. Avons-nous le moindre contrôle sur ce qui apparaît ? Non. Cependant, nous pouvons contrôler notre réaction à leur égard.

Nous pouvons réagir, résister, lutter, combattre, ou bien nous pouvons nous ouvrir, accepter et lâcher prise. C’est notre relation aux choses qui change et qui crée le bonheur ou la souffrance. Voilà le renoncement pour le Chevalier Rose-Croix

Même pour la spiritualité nous avons des désirs : atteindre la transfiguration, être en paix, libre, devenir quelqu’un, avoir des expériences extraordinaires. C’est toujours la même énergie, avoir, obtenir. Nous traînons avec nous cette tendance au désir partout, y compris dans la prière et la méditation. Suis-je plus calme, plus concentré ? Puis-je rester assis sans bouger plus longtemps ? Puis-je marcher le plus longtemps et en plein état méditatif ? Ai-je fais assez de pèlerinage ou de retraite ?

Il est impossible de posséder réellement quoique ce soit puisque tout est sujet au changement et nous souffrons parce que nous nous attachons. Nous nous attachons même à nos pensées. Le renoncement concerne aussi nos pensées. Nous devons également renoncer à notre vue erronée du soi, au fait que nous nous croyons permanents, séparés des autres et indépendants.

La voie du Chevaliers Rose-Croix n’est pas l’obtention de quoique ce soit, mais l’abandon, le renoncement, ne s’attacher à aucune expérience, être libre et de bonne moeurs.

 

 

 

Les huit facultés des Chevaliers Rose-Croix

Les huit facultés des Chevaliers Rose-Croix dans Reflexions plafond-pelican

La première de ces facultés est de se rendre libre de toutes concupiscences et de n’avoir que des désirs modérés. Cela conduit à se détacher  de ses dépendances . Vous ne pouvez pas ignorer, vous Chevaliers Rose-Croix, que les personnes qui sont dépendantes de la renommée et de l’argent finissent par ne rechercher qu’à assouvir leurs besoins incessants et de ce fait, elles souffrent. Par contre, celles qui ont peu de désirs n’éprouvent pas de souffrance et accumulent plus d’avantages et de qualités. Celles qui ont des besoins simples et qui ne sont pas envieuses du sort d’autrui ne se laissent pas submerger par trop de plaisirs sensuels. Ainsi elles ne connaissent pas le tourment de la frustration, elles vivent paisiblement et parviennent assurément à la paix de l’esprit.

La deuxième de ces facultés est d’être conscient que l’on puisse être comblé avec ce que l’on a. Si vous souhaitez être délivrés de la souffrance, vous devriez, vous Chevaliers Rose-Croix, prendre conscience de l’importance de la satisfaction sur la pacification de l’esprit et de la joie de vivre. Une personne qui éprouverait une joie de vivre certaine, ne serait pas affligée de devoir dormir à même le sol, mais celle qui en serait dépourvue, même une vie de château ne lui conviendrait pas. Bien qu’elle puisse être riche, finalement cette dernière est en réalité pauvre, ce qui n’est pas le cas de la précédente. Les personnes ne connaissant pas la joie que procure la satisfaction de ce que l’on a, sont constamment mécontentes et sont la proie facile de dépendances. Vous qui connaissez cette joie de vivre, vous devriez éprouvez de la compassion pour elles. Telle est le fait d’être comblé avec ce que l’on a.

La troisième de ces facultés est de préférer la quiétude et la discrétion en gardant une certaine distance à l’encontre de l’agitation du monde. Chevaliers Rose-Croix! Ceux qui s’écarteront des agitations du monde connaîtront la paix et la joie. Sachez qu’une personne discrète est respectée à la fois par les Rois et les êtres célestes. Vous devriez vous libérer de ce que vous pouvez représenter à vos propres yeux et à ceux du monde, ainsi vous trancherez les racines de la souffrance. Les personnes qui prennent plaisir dans la mondanité finiront par plier sous le poids excessif des sollicitations, comme un arbre, même grand, peut dépérir si trop d’oiseaux viennent s’y percher. Une personne ferrée par les plaisirs que lui procure une vie de mondanité finira par être immergée dans une multitude de déconvenues et ne saura pas se défaire des souffrances induites, comme un vieux cheval enlisé dans la vase ne peut en sortir par ses propres moyens — ils finiront tous deux par périr. Tel est le fait de préférer la quiétude et la discrétion en gardant une certaine distance à l’encontre de l’agitation du monde.

La quatrième de ces facultés est de s’appliquer à accomplir convenablement ce qui doit l’être sans feindre le dévouement et la constance. Si vous vous appliquez à la pratique de la Voie, vous ne rencontrerez pas de complications pour parvenir à cette compréhension éclairée de soi. C’est pour cette raison que vous devez, vous Chevaliers Rose-Croix, vous appliquer avec grande constance à l’image d’un simple filet d’eau qui coule toujours au même endroit et qui finit par éroder même un roc. Le frottement par intermittence de deux morceaux de bois n’a jamais produit de feu et de même, une pratique en dilettante ne vous conduira jamais à la compréhension éclairée. Le souhait de vouloir du feu n’a jamais produit de feu. Telle est la raison de s’appliquer à accomplir ce qui doit l’être.

La cinquième de ces facultés est de préserver l’esprit du Dharma authentique tout en permettant à juste titre qu’il se réactualise. Les personnes qui sont à la recherche du Maître pouvant les mener sur la Voie véritable, comme vous Chevaliers Rose-Croix, doivent préserver l’esprit authentique de l’imitation du Christ pour ne pas sombrer dans l’illusion. Faites toujours en sorte qu’il en soit ainsi, afin que vous puissiez sauvegarder ses vertus. Le fait de préserver avec conviction l’esprit du Christ vous protégera de dépendances. Vous serez protégés comme ces guerriers pourvus d’invincibles armures. Telle est la raison de préserver l’esprit authentique de l’imitation du Christ.

La sixième de ces facultés est de résider dans l’imitation du Christ avec un esprit tranquille par la pratique de la concentration. Chevaliers Rose-Croix! Le contrôle de votre esprit vous permettra d’entrer dans une grande concentration et de comprendre le sens de la vie et de la mort. Par ailleurs, dans votre pratique, appliquez-vous à toutes formes de concentration. Ainsi, vous vous rendrez compte en faisant l’expérience que la concentration procure la paix de l’esprit. Comme une digue empêche l’écoulement de l’eau, d’une façon analogue la concentration empêche toute fuite de sagesse. Telle est la raison de pratiquer la concentration.

La septième de ces facultés est de pratiquer la grande sagesse qui se produit par l’expérience de la pratique de la Voie de celui qui a entendu et fait sien l’enseignement dispensé. Sachez, Chevaliers Rose-Croix,  que celui qui connaît la sagesse n’est plus attaché à la convoitise. Par l’observation et l’étude de soi vous éviterez le manque de sagesse et cela vous mènera à cette compréhension éclairée. Si vous omettez d’agir ainsi, c’est que vous n’êtes pas des Chevaliers Rose-Croix. Un Frère ou une Soeur possédant la vraie sagesse est semblable à un robuste navire voguant sur les océans des âges, de la maladie et de la mort. Cette sagesse est comparable à une forte lumière qui éclaire les ténèbres de l’ignorance, une bonne médication et une hache affûtée pour couper les illusions. La sagesse qui proviendrait de ce qui a été entendu, du fait que l’on ait fait sien et que l’on ait pratiqué ce qui a été enseigné, produit d’innombrables qualités nous permettant d’avancer sur la Voie. S’il vient à une personne de posséder une lueur de sagesse, elle sera à même de voir la vérité telle qu’elle est. Telle est la raison de pratiquer la grande sagesse.

La huitième de ces facultés est de ne pas s’engager dans de vains bavardages et se lancer dans des controverses. Évitez les jugements pour les paroles utiles, celles qui accompagnent la recherche de la véritable nature des phénomènes. Chevaliers Rose-Croix! Si vous vous adonnez à des discussions futiles, votre esprit en sera troublé et bien que vous soyez des Chevaliers Rose-Croix, cela contrariera votre quête. C’est pour cette raison qu’il est primordial pour vous d’y mettre un terme. Seuls ceux qui agiront ainsi connaîtront les joies du degré de Sublime Prince Rose-Croix. Telle est la raison de ne pas s’engager dans de vains bavardages.

Le Sacré-Coeur des Chevaliers Rose-Croix

Le Sacré-Coeur des Chevaliers Rose-Croix dans Reflexions pelican-et-sacré-coeur1
La Franc-Maçonnerie comme plusieurs écoles Initiatiques, possède un degré archétype en lien avec les qualités de cœur, d’Amour universelle et de Sagesse. Ce degré est celui de Chevalier Rose-Croix. Le Chevalier Rose-Croix est appelé à se dévouer à la Fraternité Universelle et au développement spirituel de tous les êtres, même au prix de sa propre souffrance.

Ces qualités doivent transparaître dans la vie quotidienne par des actes, des paroles et des pensées justes, empreintes de Sagesse et de d’Amour Fraternelle. Le respect d’un comportement éthique est essentiel dans la voie qui mène au Sublime Prince Rose-Croix. C’est à la fois, le moyen pour vivre en harmonie dans le monde et l’aboutissement de toute pratique plus avancée. Le Chevalier Rose-Croix doit, au-delà de ses intentions, mettre en pratique ces idéaux spirituelles, sans cela, il ne peut porter ce titre.

Pour arriver à mettre en action ses idéaux, le Chevalier Rose-Croix développera sa Sagesse, par cette Sagesse il découvrira en son Cœur, l’Amour Fraternelle Universelle. Tous ses efforts sincères, afin d’améliorer son éthique personnelle, lui permettront peu à peu de prendre conscience de l’interdépendance et de l’interrelation qui existent dans notre monde et même au-delà. C’est par le respect de l’éthique que l’on peut juger de la maturité spirituelle d’un homme indépendamment de son érudition. Ne dit-on pas que l’on reconnaît un arbre à ses fruits, nous reconnaissons le Chevalier Rose-Croix par ses actes, ses paroles et ses pensées. C’est ce qui permet de s’évaluer soi-même, mais de savoir aussi, s’il convient d’accorder ou non sa confiance à quelqu’un, question qui reste particulièrement importante quand il s’agit de choisir un guide spirituel.

Si le désir de ne pas nuire aux autres est nécessaire, il reste cependant insuffisant pour progresser dans la voie. C’est en se dévouant au service des autres, que l’on peut grandir soi-même à leur contact. S’intéresser sincèrement à ses semblables en leur consacrant du temps et de l’énergie dans le monde concret ou par la prière, permet de sortir du cercle vicieux des préoccupations égocentriques. Il ne s’agit pas ici de perdre le sens de la réalité dans une vision idéaliste du monde, mais ne penser qu’à sa propre évolution spirituelle ou matérielle est le plus sûr moyen de s’enfermer dans une attitude dualiste, source de beaucoup de conflits, de rivalités, de frustrations et de ressentiments, ce qui est complètement à l’opposé de l’esprit du Chevalier Rose-Croix qui tend à dépasser la notion d’égoïsme.

Méditer, c’est développer une immense compassion au-delà des formes et des apparences. C’est comprendre que la source de la vie est unique, et la même pour tous, ceci nous rapproche des uns des autres dans la méditation, la distance n’existe pas, l’individualité se dissout dans le grand tout, les sentiments et les pensées de tous sont aussi les nôtres. Avec le temps on se rend compte que la vie est fluidité, osmose.

Le Chevalier Rose-Croix est convaincu qu’il existe des liens mystérieux qui relient le cœur de tous les êtres ensemble pour ne former qu’un seul et même cœur, le Sacré-Cœur. Par la prière et la méditation, cette interrelation permanente permet de nous élever et de prendre refuge dans ce Sacré-cœur.

Fréquenter des lieux et des êtres de prière, c’est créer des liens avec les plans spirituels du monde invisible avec tous les Sublime Prince Rose-Croix, et s’assurer de recevoir toujours plus de sagesse et de joie. Réciproquement, si nous sommes conscients que l’état de notre esprit retentit à distance sur tous les êtres, nous nous sentirons devenir peut-être plus responsable de notre propre état intérieur.

Du point de vue spirituel, être c’est agir, une manière particulièrement efficace d’aider et de s’éveiller spirituellement revient à cultiver en soi volontairement et consciemment des sentiments et des pensées positives, et tout particulièrement celui de la joie de vivre.

Un grand-maître a dit : « la joie fait venir le bonheur, le mécontentement et l’insatisfaction le font fuir.

Un cœur joyeux permet de créer autour de lui toujours plus de lumière et de renouveau. »

La vie spirituelle consiste à s’imprégner de la force de vie de l’univers.

Un autre Maître disait :  » Il ne s’agit pas de faire davantage, d’avoir davantage, d’être davantage, mais de cultiver le lâcher prise, l’action de grâce, la reconnaissance, et de s’émerveiller de tout ce qui est manifesté pour nous, partout et à chaque instant. Il faut vivre sa vie patiemment pas à pas. Ainsi le Chevalier Rose-Croix qui aura le Cœur rempli de joie de vivre, éliminera tous ses poisons mentaux et s’assurera d’une longue vie en bonne santé. »

Le chemin spirituel du Chevaliers Rose-Croix

Suivre un chemin spirituel, ce n’est pas quelque chose de simple ni de facile, on ne doit pas « sauter dedans », avec légèreté, naïvement, et cela demande un processus constant de « démasquage ». Le problème est le suivant : nous attendons toujours quelque chose de notre approche spirituelle ou pratique, même à un niveau spirituel. Nous voulons avoir une réponse pour tous nos problèmes. Cependant, il semble plutôt que cela ne les résolve pas du tout et qu’au contraire, nous devions nous y engager davantage, nous plonger dedans. Alors nous sommes choqués, très choqués et nous devons bien convenir que ce n’est pas réellement ce que nous attendions: Un merveilleux « pouvoir mystique » qui pourrait résoudre tous nos problèmes. Nous disons souvent cela: « J’ai grand espoir dans cet enseignement » ou bien « j’avais un grand espoir en cet enseignement!… en ce maitre et pourtant il ne peut m’aider. » Toutes les religions parlent d’amour, de mysticisme, de charité, de chants mystiques. Chez les Chevaliers Rose-Croix on parle aussi beaucoup du mal, le mal intérieur, la souffrance et ceci ne plait généralement à personne. Nous ne voulons pas le voir, nous ne voulons pas en entendre parler et nous voulons plutôt y échapper. Nous voulons trouver un nouveau chemin, loin de ce mal, afin de nous donner une « pause » loin de tous nos ennuis. Il existe une technique qui nous permette de nous débarrasser de ce mal. Mais ces attentes et ces fascinations semblent nous conduire vers davantage de luttes. Cette technique c’est de l’ouverture aux autres, la sortie de soi afin de tendre les bras vers les autres, s’oublier pour les autres, accompagné par la Sagesse et la Gnose!

Les dix étapes du Chevalier Rose-Croix

Les dix étapes du Chevalier Rose-Croix dans Reflexions 12495_11-tenture-pelican-apres1750-p1651

Le titre de Chevalier Rose-Croix signifie : celui qui est prêt à travailler avec son cœur sur les traces du Christ. Ce qui ne demande pas nécessairement d’avoir atteint l’étape de Chevaliers Rose-Croix par Excellence ou encore de Sublime Prince Rose-Croix, mais plutôt d’être prêt pour marcher sur le chemin de ceux qui ont déjà ces degrés ultimes.

Il y a différentes manières, de solides techniques pour approcher les situations de la vie quotidienne. C’est pour ainsi dire l’ouverture aux situations de la vie, sans conflit entre le monde physique, le monde émotionnel, le monde mental et le monde spirituel.
Quand vous vous abandonnez à cette « ouverture », entre le donneur et le receveur,  il y a un espace où tout peut fonctionner de manière très souple, très doux, alors vous n’avez pas besoin d’être très concentrés d’une manière très stricte sur une seule chose, les choses arrivent avec une passion délibérée.

Avant de s’entrainer sur le chemin du Chevalier Rose-Croix, nous devons d’abord être familier avec les valeurs du Christianisme.  Cela ne signifie pas que nous devions avoir un esprit dogmatique, mais que notre esprit ne doit pas être sauvage, chaotique, il a besoin d’être dompté, il a besoin de suivre une éthique, il doit être discipliné, par le développement de vertus morales, intellectuelles et spirituelles. Avec ces pratiques, nous créons un modèle de fonctionnement pour notre corps et notre esprit, un modèle de vie, à travers lequel tout fonctionne harmonieusement.

C’est seulement par le développement des vertus du Christianisme que notre esprit est prêt à prendre la voie du Chevaliers Rose-Croix.
Prendre la voie du Christianisme, c’est reconnaitre la confusion de notre esprit et entamer une réorganisation, cheminer sur la voie du Chevaliers Rose-Croix c’est purifier les émotions, le mental et l’esprit par l’Amour et la Connaissance.
Le Chevaliers Rose-Croix ne regarde pas les émotions et la confusion comme un fumier que nous devons jeter mais au contraire comme un fumier qu’il faut transformer, afin qu’il devienne un véritable fertilisant pour enrichir notre jardin spirituel.

 

La Joie

 

La première étape pour un Chevalier Rose-Croix consiste à atteindre une joie ultime, celle qui provient du fait de pouvoir travailler avec les émotions, les sentiments et la confusion. Elle n’est pas ordinaire, ce n’est pas la joie de se sentir bien physiquement, ni pour des raisons matérielles, c’est une paix et un bonheur ultime. Ce n’est pas non plus le fait de se réjouir de quelque chose du passé ou du présent, c’est la paix intérieure de voir les choses avec plus de recul, de plus haut, de pouvoir superviser les événements, et d’être ainsi capable de voir les choses telles qu’elles sont réellement.
C’est la Joie qui permet de pouvoir appréhender les choses plus profondément, comme jamais on le fit auparavant où l’on condamnait le mauvais, la souffrance, et où l’on chérissait le bonheur. Lorsqu’on peut voir de plus haut les événements, on les regarde et l’on découvre qu’il y a autre chose au-delà de nos souffrances et de nos plaisirs habituels.
Généralement on s’attache au plaisir que l’on recherche et on repousse ce qui nous fait souffrir, on lutte contre la souffrance, et cette lutte nous conduit vers davantage de souffrance. Cependant à cause de cette lutte, nous parvenons tout de même à expérimenter un certain bonheur temporaire, éphémère, et ce changement nous fait souffrir encore plus, et nous luttons pour sauver ce bonheur et cette lutte nous apporte encore plus de souffrance.
Ainsi nous sommes poussé à essayer la philosophie, la drogue, le yoga, la méditation et tout ceci semble nous guider vers une réponse évasive, pas définitive et nous luttons toujours plus, nous voulons toujours aller plus loin – « Qu’est-ce qui peut encore m’aider ? » – Il en est ainsi parce que nous ne voyons pas les aspects dénudés de nos deux polarités, nous luttons toujours plus et nous voulons trouver une philosophie dans cette lutte.
C’est heureux de voir qu’au-delà de la dureté de la vie, du sérieux de la vie que nous menons, il y a quelque chose d’autre, un sens de l’humour est là, et ceci nous donne la paix, la joie ultime c’est la première étape du Chevalier Rose-Croix.
Le sens de l’humour, ce n’est pas essayer d’être joyeux tout le temps, ni de faire rire, c’est le fait d’accepter les choses de la vie telles qu’elles sont, sans en être choqué, le plaisir vient, la souffrance vient, nous les acceptons, nous n’en sommes pas choqué, il y a un sens de l’humour dans cette approche. L’opposé de ce sens de l’humour, c’est être comme un être sans vie, un être amer bouleversé par les affres de la vie.
La joie contient la richesse, celle de l’ouverture, celle d’accepter les choses de la vie telles qu’elles sont, les émotions, les sentiments, la confusion et non pas de les rejeter comme quelque chose de démoniaque, de maléfique. On est capable d’avoir une relation avec notre confusion quand on accepte notre confusion telle qu’est est, alors on est capable d’avoir une relation pacifique avec le monde extérieur.

 

La Générosité

 

La générosité est engendrée par la joie de travailler avec ses propres émotions et avec le monde extérieur. Ainsi, la générosité ultime est un moyen d’atteindre l’autre rive, celle qui n’est pas sur la même rive que la générosité ordinaire, que la générosité usuelle. Bien sûr, nous connaissons tous la générosité, beaucoup de gens sont généreux, mais il ne s’agit pas de la générosité ultime , celle qui est chère au Chevalier Rose-Croix.

Ordinairement, quand nous voulons aider quelqu’un c’est parce que nous nous sentons dans une position supérieure à la sienne. Dans le cas de la générosité ultime il ne s’agit pas de regarder quelqu’un comme inférieur à vous.
Notre approche ordinaire de la générosité sous-entend la supériorité et aussi le fait d’attendre quelque chose en retour de notre acte généreux; Par exemple, j’ai un ami qui passe huit jours à la maison, je fais tout pour lui et quand il s’en va, il ne me dit même pas merci; et j’attends qu’il me le dise. Ce n’est pas un acte de générosité ultime, c’est celui d’un être ordinaire, à l’esprit étroit,  parce qu’on attend quelque chose en retour et en plus on regarde l’autre comme étant inférieur. Ceci est un obstacle à la générosité ultime.
Quand nous rencontrons quelqu’un, nous disons « comment ça va ? » Et si on ne nous pose pas la même question en retour, nous sommes vexés. Ceci montre l’approche très drôle que nous avons de la vie. Nous ne faisons pas les choses du fond de notre cœur, l’esprit ouvert, nous n’apprécions pas l’autre, mais nous voulons qu’on nous apprécie.
Dans le cas d’une relation entre un garçon et une fille, si on dit: « je t’aime », cela ne veut pas dire que vous l’aimez mais plutôt: « est-ce que tu m’aimes ? » et vous attendez la réponse. L’approche du Chevalier Rose-Croix ne va pas au-delà de « je t’aime » dans cet exemple. On ne va pas plus loin que le fait d’aimer. On apprécie quelqu’un et on le lui dit, c’est juste cela. On n’attend rien au-delà de ceci. C’est la vraie communication ultime. Il s’agit de ne rien attendre en retour d’un acte de générosité; de ne pas attendre que quelqu’un reconnaisse ce que l’on fait. Le Chevalier Rose-Croix n’attend rien de l’autre mais ne renonce jamais à agir.
La générosité ultime, c’est aussi l’ouverture à soi-même et l’ouverture au monde extérieur, aux situations de la vie. Quand nous sommes ouverts à n’importe quelle situation de la vie, cette ouverture nous conduit spontanément à la générosité. Cela ne signifie pas qu’on essaye d’aider quelqu’un,  mais plutôt qu’on est simplement ouvert à lui, près à traiter la situation telle qu’elle est, telle qu’elle le demande. Nous sommes prêts à faire ce qui doit être fait, quoi que ce soit. Les Chevaliers Rose-Croix sont ouverts à toutes les situations,  quelles qu’elles soient, et c’est ça la vraie générosité. Ils n’ont pas de pensées discursives qui disent: « je dois aider celui-ci »,  « je dois faire cela », ce que nous faisons ordinairement.

La patience
La troisième étape c’est la patience. Elle vient de la générosité ultime qui est d’accepter les situations de la vie telles qu’elles sont. Ordinairement nous manquons de patience, nous pouvons être patient une fois, deux fois, mais la troisième fois, nous nous énervons. Dans notre travail, si nous sommes patients, alors le travail devient un plaisir. Mais en général  peu importe le travail que nous devons faire, soit que nous le regardons d’une manière frénétique, alors ce travail prend toute la place dans nos vies et il nous épuise ou bien nous le regardons comme quelque chose qui nous révolte et nous devenons paresseux. La patience peut changer complètement notre approche de la vie. Elle peut prendre place n’importe où et dans toutes les sphères de notre quotidien.

 

L’énergie ou la tradition

Petit à petit, la patience ultime donne naissance à la quatrième étape dans la voie du Chevalier Rose-Croix qui est l’énergie ou la tradition. Nous naissons tous au milieu d’une culture, d’une idéologie particulière. C’est dans cet environnement que nous grandissons et que nous sommes entrainés à nous adapter aux traditions familiales. Suivre une tradition semble être une exigence difficile auquel nous sommes tous confrontés. Cependant, quoique nous fassions aujourd’hui ou demain, sera emprunté à cette tradition. Nous sommes programmé par nos tradition social ou familiale. Nous sommes tous réglés par notre culture, cette idéologie dans laquelle nous avons été élevés, il est alors très douloureux et très difficile d’aller au-delà. Et si nous ne sommes pas capables de casser, de rompre avec cette base culturelle que nous appelons « tradition », alors nous ne serons pas capables de marcher dans le chemin des Chevaliers Rose-Croix. Ceci parce qu’un Chevalier Rose-Croix n’essaie pas de s’adapter à une tradition particulière mais tout ce qu’il fait devient tradition. C’est une situation très ouverte. Ce qu’il fait devient sa tradition. La tradition des Chevaliers Rose-Croix, c’est de transformer ses émotions; colère, patience, haine et transformer ses paradigmes mentaux afin d’aller au-delà de ses traditions sociales et familiales c’est la source d’une riche tradition. Il y a un parfait exemple pour illustrer cette tradition, elle est reliée à l’énergie qui permet aux Chevaliers Rose-Croix de travailler avec tous les aspects émotionnels, intellectuels et spirituels de la vie. Cette énergie n’est pas celle que nous connaissons à un niveau ordinaire, car celle-ci est infatigable, l’énergie des Chevaliers Rose-Croix est infatigable.
Maintenant, nous arrivons à l’étape suivante, « rester dans la conscience ». Cette conscience n’est pas celle que nous atteignons aux derniers stades du chemin (appelé conscience de la sagesse sans observateur), cependant c’est une conscience ultime ou il y a encore quelqu’un qui observe. Le Chevalier Rose-Croix est conscient des situations, de tout le développement des événements, au delà des notions dualistes, mais il y a toujours quelqu’un qui soutient cette conscience. Il y a toujours « quelqu’un » en nous qui regarde, qui observe.

Quelqu’un qui est conscient de cette conscience ultime. Il faut un maintien de la conscience pareil à un diamant pour couper, trancher cet observateur et cela se fera dans les dernières étapes du Chevaliers Rose-Croix; cette faible conception d’observateur et de quelque chose à observer, sera tranché par le maintien de la conscience. Ces choses dont on parle maintenant ne doivent pas rester quelque chose de théorique, cela doit être expérimenté par chacun à sa propre manière et alors on comprend vraiment de quoi il s’agit.

 

Ainsi nous arrivons à la sixième étape, c’est la Gnose, la connaissance ultime. La Gnose c’est la connaissance ultime qui sert à  trancher. Il y a la patience, la discipline, la générosité, l’énergie, la conscience mais nous avons besoin de la connaissance ultime pour trancher (couper au travers) sinon l’action est incomplète. Son utilité, c’est de vous représenter clairement les situations telles qu’elles sont réellement. La connaissance ultime, la Gnose, transperce (tranche) l’observateur. Le Chevalier Rose-Croix jusqu’ici, travaille avec les émotions, l’intellect, le spirituel, les gens, les situations, avec lui-même mais il a toujours un certain « égo », celui qui fait ceci ou cela. Avec la Gnose il devient celui qui regarde « l’observateur », la conscience ultime tranche cet égo très subtil.

 

Suivre un chemin spirituel, ce n’est pas quelque chose de simple ni de facile, on ne doit pas « sauter dedans », avec légèreté, naïvement, et cela demande un processus constant de « démasquage ». Le problème est le suivant : nous attendons toujours quelque chose de notre approche spirituelle ou pratique, même à un niveau spirituel. Nous voulons avoir une réponse pour tous nos problèmes. Cependant, il me semble plutôt que cela ne les résolve pas du tout et qu’au contraire, nous devions nous y engager davantage, nous plonger dedans. Alors nous sommes choqués, très choqués et nous devons bien convenir que ce n’est pas réellement ce que nous attendions: Un merveilleux « pouvoir mystique » qui pourrait résoudre tous nos problèmes. Nous disons souvent cela: « J’ai grand espoir dans cet enseignement » ou bien « j’avais un grand espoir de cet enseignement!… de ce maitre et pourtant il ne peut m’aider. »
Toutes les religions parlent d’amour, de mysticisme, de charité, de chants mystiques. Chez les Chevaliers Rose-Croix on parle aussi beaucoup du mal, le mal intérieur, la souffrance et ceci ne plait généralement à personne. Nous ne voulons pas le voir, nous ne voulons pas en entendre parler et nous voulons plutôt y échapper. Nous voulons trouver un nouveau chemin, loin de ce mal, afin de nous donner une « pause » loin de tous nos ennuis. Il existe  une technique qui nous permette de nous débarrasser de ce mal. Mais ces attentes et ces fascinations semblent nous conduire vers davantage de luttes. Et nous aimerions bien faire de grandes célébrations avec de belles musiques, beaucoup de disciples, de la joie partout et des feux d’artifices, c’est ce que nous souhaitons de notre spiritualité.
Tous ce que nous recherchons c’est l’attitude mystique des Saints ou l’accomplissement des Bouddhas. C’est quelque chose que nous regardons comme un pouvoir mystique, magique. Nous développons une attitude très romantique vis à vis de cela. C’est tout à fait romantique d’imaginer devenir un Chevalier Rose-Croix. Mais c’est très désappointant de réaliser tout à coup, que c’est nous-mêmes qui devons le faire, en fait, que personne ne le fera pour nous à notre place. Désappointant parce que les choses n’arrivent pas ou ne sont pas comme nous le voudrions et en fait la vie est comme ça, nous devons la bâtir, nous y engager complètement, travailler avec ces choses là qui ne sont pas comme nous le voulons. Nous voulons toujours éviter la réalité des choses, les voir telles qu’elles sont, nous voulons ignorer le « matériel » que nous avons besoin de cultiver. Il y a quelque chose qui manque tout le temps, qui n’est pas juste, et ceci en dépit de notre important développement technologique, en dépit de notre solide base psychologique, à l’intérieur de nous-mêmes, il y a toujours un manque, une insatisfaction. Mais, même si nous nous trouvons dans de tristes situations, nous essayons toujours de l’ignorer, nous ne sommes pas encore prêts pour faire face à ce « quelque chose qui manque », pas prêts pour étudier la question à fond ou de très près, parce que c’est très douloureux. C’est quelque chose dont nous ne voulons pas parler, cela semble très sensible, très secret, et nous ne voulons pas l’exposer, le montrer. Il y a une sorte de compréhension universelle ou quelque chose doit être gardé secret, alors nous essayons toujours de le couvrir, en utilisant beaucoup de techniques, drogues, yoga, méditations, etc. En fait, nous avons peur de perdre ce secret, nous essayons toujours de le cacher.
Nous avons peur d’être exposés, et nous avons peur de l’espace, de sa qualité spéciale, alors nous sommes toujours en train de couvrir ce fait. C’est comme si, nous avions peur de perdre notre identité, si nous devons nous montrer, nous dévoiler, nous exposer, nous deviendrions « personne ».

On en revient toujours au même avec cette approche des choses; quoique nous fassions pour trouver une réponse et en cachant toujours le vrai problème, en étant très défensif, même si nous essayons de le résoudre de mille manières, nous en arrivons toujours au même point, devant la même énigme, la même question.

Ceci parce que nous avons peur de l’ouverture, de nous ouvrir nous-mêmes aux enseignements, et aux situations de la vie, quelque soit l’école que nous rencontrions, l’enseignement que nous écoutions, nous l’interprétons toujours suivant notre propre version. Nous pouvons approcher la voie du Chevaliers Rose-Croix, mais avant que nous ayons vraiment établi une réelle relation avec elle, avant cela, nous avons déjà construit une préconception de cette approche
– « j’aimerais que cette voie soit de cette façon. »
– « je voudrais avoir ces réponses »
Alors si la voie est comme nous l’avons souhaité, si ce qu’elle enseigne correspond avec ce que nous attendons, ce que nous pensons, alors nous sommes heureux :
– « Oh ! La voie des Chevaliers Rose-Croix est bonne ! Je veux en faire partie ! Elle parle mon langage. »
Donc nous l’avons pré-rencontré suivant notre propre version de ce que doit être une bonne école. En fait, nous n’avons pas de communication sincère, véritable, mais suivant notre propre version. C’est un grand problème, cela induit en erreur et égare beaucoup de disciples, ils se dirigent mal. Généralement, nous cherchions une tradition, une école ou un maitre très célèbre, par exemple un maître qui est très érudit ou a une école de grande renommée, avec un grand nombre d’adepte, et nous voulons en faire partie. Nous ne nous attachons pas à regarder l’essence mais les conditions de vie. C’est un très grand réconfort de prendre conscience, de savoir en fait, ou de se dire « je suis un disciple d’une grande école ou d’un maitre si célèbre ». D’une certaine manière, c’est une auto déception.
Une vraie communication n’est pas ainsi, ni non plus comme si vous alliez dans une église, ou dans un monastère, et que vous voyez une statue de Jésus ou une statue de Bouddha et vous la regardez comme quelque chose de très profond, de très haut, de très précieux… et puis c’est tout. Pas d’autre communication. Vous regardez la statue, vous êtes devant elle, sans plus, c’est tout. Il n’y a pas de réelle communication.
Nous mettons quelques fleurs, allumons quelques bougies et nous prions. Mais est-ce que cela résout vraiment notre problème ? Nous pouvons visiter milles églises, mille monastères mais chaque fois que nous y allons nous y trouvons toujours de problèmes.

La solution, c’est que nous devons être ouverts. Ce n’est pas une question de célébrité de la voie mais celle de la possibilité d’ouverture que nous avons avec elle, combien de temps nous pouvons rester ouverts à elle ? Jusqu’à quel point intime de notre psychologie ? Et dans ce cas : si nous sommes ouverts, la voie s’ouvre à nous et l’enseignement est ouvert. C’est alors nous pouvons parler de réelle communication, de rencontre des esprits, nécessaire au cheminement du Chevaliers Rose-Croix.

Habituellement, nous nous présentons toujours comme un étudiant ou un disciple de grande valeur. En fait, nous nous présentons d’une manière différente de ce que nous sommes réellement.
Ce sont des choses qui arrivent à la plupart d’entre nous qui veulent suivre un chemin spirituel. Nous ne le faisons pas intentionnellement, bien sur, mais ce sont des pièges dans lesquels nous tombons malgré notre sentiment de vouloir faire de notre mieux.
En fait, nous devons être désappointés, de plus en plus,  jusqu’à ce que nous ayons perdu toute attente. Et ce désappointement doit nous conduire vers un lâcher prise totale. Nous devons nous voir tel que nous sommes et non pas tel que nous voudrions être. De la même façon, si nous voyons qui nous sommes, alors nous voyons les autres comme ils sont, comment ils sont exactement, alors l’humilité commence vraiment et peut se développer.
Alors, nous commençons aussi à apprécier les qualités du Christ, exemple de celui qui s’est sacrifier pour nous, puis ses instructions, ses enseignements, puis nous aspirons à l’imiter.
Graduellement, nous nous intégrons dans la voie du Chevaliers Rose-Croix en marchant sur les traces du Christ, celui qui est l’exemple de la transfiguration et dans ses enseignements à suivre, qui nous montre la voie.
Il est important dans la voie ultime du Chevalier Rose-Croix de poursuivre la quête seule, en solitaire. Il nous faut accepter d’être seuls, de travailler comme tel, comme des réfugiés, nous devons nous défaire de l’environnement familier que cultive notre égo.
Nous sommes de toute façon seuls, du moment ou nous naissons jusqu’à celui de notre mort, nous sommes solitaires et la solitude est notre constante compagne. Nous sommes prêts à accepter toutes les difficultés, les plaisirs et les peines etc.  Nous voulons y faire face nous-mêmes, nous ne voulons pas dépendre de la communauté des compagnons sur le chemin. Nous ne les suivrons pas, nous marcherons avec eux.

Fondamentalement, nous sommes des êtres très seuls, très seuls et cette solitude nous accompagne tout le temps et au fur et à mesure, elle devient indépendance, ou individualité, unicité, sans dépendre de personne.
La solitude doit être notre partenaire spirituelle; et cette solitude « de qualité » se développe et se transforme, elle devient le bouclier du Chevalier Rose-Croix, son blason, c’est l’esprit chevaleresque, l’esprit d’un guerrier.

Nous devenons comme un prince solitaire et guerrier, courageux, sans peur. Nous risquons de devenir très romantique avec cette idée, mais ce n’est pas nécessaire. Cette qualité du Chevalier solitaire nous rend capable de connaitre les émotions, de les affronter; les sentiments, la joie, la peine ou quoi que ce soit, nous n’en avons plus peur et nous pouvons y faire face et c’est là une des grandes qualité que doit développer le Chevalier Rose-Croix. En fait une définition de celui-ci peut-être; celui qui est suffisamment brave pour marcher sur le chemin du Christ, le chemin « de Renoncement et du Sacrifice ».

Le chemin du Chevaliers Rose-Croix est décrit suivant différentes étapes, la suivante est reliée à la perfection des « moyens habiles ». Un environnement confus, un travail confus, une voie confuse sont opposés à la voie habile. Bien qu’un Chevalier Rose-Croix ait déjà développé la voie habile dès la première étape, on ne peut pas dire qu’à partir de la septième étape, elle devienne différente, mais depuis cette première étape, le Chevalier Rose-Croix était toujours « accompagné » d’un « surveillant », « celui qui regarde ». Cela signifie que le Chevalier Rose-Croix se sentait toujours satisfait de lui-même pour avoir accompli ceci ou cela, il y avait toujours dans ses actions une forme de matérialisme spirituel.  Et à partir de la septième étape « les moyens habiles » sont complètement « les moyens habiles », tout à fait dépourvu de matérialisme spirituel.
Auparavant, il y avait toujours une forme de reconnaissance par le Chevalier Rose-Croix de ce qu’il faisait. Bien qu’il ait déjà les moyens habiles dans sa façon d’agir, dans sa façon d’approcher les situations de la vie, il y avait en même temps la reconnaissance de ses actions, une façon très subtile de prendre conscience que c’était lui qui agissait.
Mais cette voie habile, ces moyens habiles sont aussi là pour trancher ce matérialisme spirituel et ceci conduit à la compréhension de la huitième étape du chemin du Chevalier Rose-Croix. Celle-ci est reliée à la perfection appelée « prière » ou « prière de souhait » ou encore « pensée qui souhaite ».
Puisqu’à ce stade là, le Chevalier Rose-Croix est déjà sur la voie de la « transfiguration » parce qu’il a tranché le matérialisme spirituel, puisqu’il pense aux êtres sensibles aussi bien qu’à lui-même, c’est à dire en ne faisant qu’un avec eux, cette prière de souhaits est une prière universelle.
Nous disons toujours que la prière d’un Chevalier Rose-Croix est efficace, puissante, magnificente. Il ne prie pas pour lui-même parce qu’il est un avec les autres, il est avec tous les êtres sensibles, quand il prie, tous les êtres sensibles prient, c’est pourquoi la prière est universelle. Normalement, nous prions pour avoir un bon travail, une famille heureuse… nous avons une forme de prière très limitée. Nous souhaitons par exemple : « Puissè-je avoir ce même travail le plus longtemps possible ». Mais quand un Chevalier Rose-Croix prie, ce n’est pas d’une façon égocentrique et étroite, c’est universel, avec tous les êtres. Parce que la situation présente contient en potentiel les situations futures.

 

Maintenant, nous arrivons à la neuvième étape « le pouvoir ». Ici « le pouvoir » n’est pas celui d’avoir des relations, une bonne place dans la société, dans l’administration, ce n’est pas d’avoir beaucoup d’influences pour obtenir ce qu’on désire. Le « pouvoir », c’est de n’avoir plus d’endroit ou aller, il ne reste rien à accomplir, à améliorer, c’est la libération, c’est le pouvoir.
Il n’y a rien à conquérir, plus personne à conquérir, c’est comme « être en sécurité ». On est dans la sécurité plutôt qu’être en sécurité. Donc c’est le sens ultime de la liberté, la libération, le sens ultime du pouvoir, parce qu’on est en harmonie, en harmonie parfaite avec la situation qui nous entoure. Il n’y a aucun effort à fournir, aucun besoin de chercher la sécurité ou le confort pour soi-même, aucun effort, non plus, à faire pour aider les êtres. L’action elle-même est devenu « pouvoir ». Puisqu’il n’y a plus aucun objet de lutte mais seulement la sagesse, c’est le dixième et  ultime étape du Chevalier Rose-Croix. La sagesse est de ne plus lutter, la non identification avec le Maitre, l’enseignement, le chemin, les résultats, etc… Tout ne fait plus qu’un le Chevalier Rose-Croix devient le chemin lui-même. Le chemin du Chevalier Rose-Croix devient le chemin lui-même. Le chemin du Chevalier Rose-Croix lui-même, est le chemin. Il n’y a plus pour lui de chemin en tant que chose excellente : tout ce qui se présente à lui est le chemin.
Le Chevalier Rose-Croix est devenu le chemin, l’un et l’autre ne forment plus deux entités séparées ou différentes. Donc son action devient « l’action pure », elle devient ‘action de sacrifice du Christ », sa parole devient l’enseignement, le chemin, l’information. Donc, le Christ et le Chevalier Rose-Croix ne forment plus qu’une seule unité : lui-même. À partir de ce point précis démarre l’activité du Christ, on ne peut pas dire que l’action du Chevalier Rose-Croix s’arrête là mais plutôt que l’activité du Christ prend place ici. Et là, il se passe quelque chose d’étrange et d’intéressant, le Chevalier Rose-Croix était devenu jusque là, extraordinairement puissant et cependant, à partir de là, il perd son pouvoir parce qu’il est d’ores et déjà programmé dans l’imitation du Christ, en harmonie avec elle. Alors ces mouvements sont précis, solides, définis, tout ce qu’il dit est l’enseignement, chaque mot a un sens, une signification, un but, c’est une parole juste. C’est pourquoi certaines personnes disent que même après avoir atteint la transfiguration, les Chevaliers Rose-Croix doivent avoir un certain égo pour pouvoir enseigner. Mais comme je l’ai dit, le Chevalier Rose-Croix est devenu complètement un avec le Maitre, l’enseignement, le chemin etc…
Le Sublime Prince Rose-Croix n’a plus besoin de regarder à travers le filtre de l’égo, puisqu’il a été enlevé, alors il peut voir le monde, connaitre les situations parfaitement, de manière directe, nue, par conséquent la communication est nue, directe, de la même façon, et aux êtres ordinaires elle semble magique, mystique, puissante. Le Chevalier Rose-Croix est donc programmé pour devenir un Sublime Prince Rose-Croix, pas dans un sens conventionnel, mais ultime.

Ainsi se termine le chemin du Chevalier Rose-Croix en dix étapes. Traditionnellement, pour commencer ce chemin on reçoit l’initiation de Chevalier Rose-Croix, on fait notre serment devant tous les autres Chevalier Rose-Croix, agenouillé derrière un autel sur lequel se trouve une bible ouverte à l’évangile de Saint-Jean. Ceci est fait devant des témoins qui se portent garants de notre engagement. C’est pourquoi il est nécessaire de prendre ce serment du Chevalier Rose-Croix devant d’autres Chevaliers Rose-Croix. Mais cette initiation n’est qu’un germe déposé dans le cœur et dans l’esprit du Candidat, c’est l’initiation conventionnelle. S’il veut un jour porter le titre glorieux de Chevalier Rose-Croix ou encore de Sublime Prince Rose-Croix cette initiation doit devenir le moteur d’une Quête incessante d’ouverture à soi et aux autres, une quête d’Amour et de Connaissance.

 

 

LA MORALITÉ

La moralité est la mise en œuvre d’une éthique qui s’installe en nous, dans notre quotidien et qui a comme premier principe : de ne pas nuire aux autres. C’est la base. Le second principe qui nous permet d’augmenter notre taux vibratoire est celui d’orchestrer sa vie vers les autres, afin de rendre service. C’est la voie du Chevaliers Rose-Croix, celui qui met tout en œuvre afin de permettre aux autres de s’épanouir et de trouver l’harmonie. Il devient donc impossible pour un être qui s’inscrit dans une tel démarche de se permettre des comportements non vertueux, il s’applique plutôt à produire des conditions favorable afin d’aider les autres. Pour que notre vie soit en lien avec nos aspirations philosophiques, il est donc inévitable de s’éloigner de tous nos comportements qui ne nous permettent pas d’atteindre les aspirations du Chevalier Rose-Croix. Celui-ci évite donc tout comportements agressifs, la jalousie, l’orgueil et s’applique à éliminer la médisance. Le Chevalier Rose-Croix s’en remettra à sa conscience afin d’en juger, toujours en gardant comme seul et unique principe, d’avoir la motivation profonde de ne pas nuire aux autres soit en pensée, soit en parole ou en action. Ceci nous montre que même la pensée peut être destructrice et porter un potentiel négatif. Chaque pensée, chaque parole et chaque action étant fondés sur une motivation, il sera extrêmement important de discerner la teneur de cette motivation. Ainsi une pensée, une parole ou une action blessante pourra être amoindri si la motivation est positive. La moralité peut se traduire de différentes façons, selon le niveau de notre engagement comme Chevaliers Rose-Croix. Elle peut se manifester par une volonté de ne pas nuire ou par la volonté d’avoir des pensées, des paroles et des actions vertueuses, tournées vers les autres. Finalement, elle peut se traduire par l’unique volonté d’être utile et présent pour tous les êtres jusqu’à ce que la dernière âme soit sauvée; c’est la voie du Chevaliers Rose-Croix par Excellence.

Porter sa croix dans l’Amour, la Bonté, la Générosité et l’Altruisme

En mesurant tous les bénéfices d’une attitude axée sur les qualités que développent le Chevalier Rose-Croix, lentement celles-ci augmentent en nombre. Même si la quête peut nous sembler difficile et inaccessible, une volonté inexplicable émanant de l’intérieur, s’installe en nous et c’est elle qui nous pousse et nous conduit dans cette voie. Cette force intérieure, basé sur l’apprentissage et l’analyse, que l’on développe peu à peu, nous pousse dans ce processus de transformation. Les conséquences de cette activité entraîne l’Harmonie, la Paix et la Joie dans le cœur du Chevaliers Rose-Croix. Ces dispositions vont par la suite favoriser le développement de ces qualités; nous sommes donc dans un processus de cause et conséquence qui se développe sans cesse dans une spirale infinie.
« L’Harmonie, la Paix et la Joie ne passe que par le sacrifice de soi-même, l’ouverture aux autres ».Tant que nous nous obstinons à garder une attitude égoïste, nous portons notre croix.
Il est extrêmement important de faire l’inventaire de ce qui nous apporte l’Harmonie et de ce qui nous entraîne dans le chaos intérieur. Si intérieurement nous n’avons pas développé l’Amour, la gentillesse et l’affection, nous aurons du mal à avoir des relations saines avec les autres, nous manquerons d’ouverture. Quand nos bases intérieures sont posées, quand nous avons réfléchi longuement sur les avantages de ces qualités, que nous avons aussi longuement réfléchi sur l’Égalité et la Fraternité entre tous les êtres, nous dégageons spontanément cette chaleur humaine. Sans ce processus intérieur tous nos gestes de bonté et d’altruisme sont factices.
Lorsque, intérieurement, nous nous sommes convaincu que tous les êtres humains sont comme nous, tous les défauts des autres deviennent les nôtres, toutes les qualités des autres nous appartiennent. Cela permet d’être dans des dispositions d’Amour, de Bonté, de Générosité et d’Altruisme. Il est difficile et très long d’établir ces bases mais combien essentiel pour celui qui aspire au titre de Chevaliers Rose-Croix par excellence. Obtenir ces qualités dépend de ce que nous développons à l’intérieur de nous, et un tel changement ne peut se réaliser que lentement. C’est une démarche dont la réalisation peut nous sembler longue, mais c’est cette transformation graduelle qui nous permet d’alléger notre fardeau.

C’est par le sacrifice de soi-même que nous nous allégeons de notre croix, comme le Christ s’est allégé de la sienne en se sacrifiant pour nous.

 

L’éveil du coeur du Chevalier Rose-Croix

L’éveil du coeur, est souvent traduit par « compassion »,  il s’agit d’une traduction un peu réductrice. Compassion peut se traduire par « souffrir avec », pâtir d’une situation avec quelqu’un, ce qui peut être moralement.

En fait, l’éveil du Coeur va beaucoup plus loin. Au-delà du fait même de prendre conscience de la souffrance de l’autre, il implique un engagement personnel pour en chercher la résolution. Résolution qui peut n’être que temporaire en ce qui concerne un besoin immédiat, ou ultime lorsqu’on recherche la cessation complète de la souffrance.

L’aide temporaire va du soutien matériel à l’aide psychologique. Elle a son importance, bien qu’elle soit moins employée par les Chevaliers Rose-Croix qui pensent plus au Salut et à l’éveil des êtres qu’à panser leurs plaies. Ceux qui ne connaissent pas les causes réelles de la souffrance ne s’appliqueront qu’à apaiser les maux du corps et de l’ego.

 

En fait, l’aide temporaire peut très bien aller de pair avec une aide à plus long terme et s’allier à cette dernière. D’abord on calme la douleur, ensuite on soigne la cause. On pacifie l’esprit, puis on analyse la perturbation et on la reconnaît comme manifestation d’un attachement, d’une saisie,d’un résultat de l’ignorance. On évolue ensuite vers le non-attachement par un travail sur le non-soi et la vacuité.

 

L’éveil de coeur se manifeste comme un élargissement de notre état de conscience, comme si le sommet de notre crâne s’ouvrait pour permettre à l’esprit d’entrer en contact avec tous les êtres.

 

Une fois cette connexion établie et que l’on a bien compris et ressenti la nécessité de venir en aide à un nombre incalculable d’êtres qui sont plongés dans la souffrance, on peut se rendre compte de nos limites, de nos difficultés à répondre à cette demande immense. On prend alors la décision de s’engager dans un chemin qui permet d’évoluer spirituellement, d’acquérir sagesse et méthode, de venir en aide là où il le faut, quand il le faut, et comme il le faut.

Par cette prise de conscience, une forme de vigilance particulière s’éveille dans notre esprit. Nous devenons alors réellement attentif aux autres. C’est une attention de tous les instants, qui nous permet de repérer les besoins des êtres et d’essayer d’y pallier. Et à chaque fois que cela semble impossible, s’éveille alors le souhait de tout mettre en oeuvre pour y arriver.

L’éveil du coeur est une prise de conscience de la souffrance des autres, de notre capacité limitée d’y répondre, de l’engagement d’évoluer personnellement vers l’acquisition des moyens de porter les êtres vers le Salut et l’éveil.

Pour nous permettre d’évoluer vers l’état de pratiquant et de détenteur du titre de Chevaliers Rose-Croix par excellence, un certain nombre d’initiation peuvent être reçu, Initiations non- convetionelles.

On pourrait dire que lorsqu’on a une motivation juste, il est impardonnable de ne pas s’engager dans une action si on a les capacités de le faire. On peut ne pas agir par paresse, orgueil, jalousie, ou à cause d’autres sentiments du même genre. Nous devons tout mettre en oeuvre pour venir en aide aux autres, en fonction de nos possibilités.

Une fois la motivation de base bien saisie, après de longue meditation sur la compassion, dès qu’une situation arrive elle met en jeu l’aide sollicitée par d’autres et notre bon vouloir, la réflexion se met en marche, l’analyse suit, on recherche la réponse la mieux adaptée en sachant qu’on ne doit pas abandonner quelqu’un  par simple paresse ou à cause de d’autres facteurs négatifs.

L’éveil du coeur est une vigilance permanente tournée vers l’autre. On doit se demander à chaque instant, comment puis-je agir pour le bien des autres ?

Cela ne veut pas dire que l’on doive s’oublier et ne plus penser à soi, car la qualité de l’aide qu’on apporte aux autres dépend de nos propres capacités. Plus nous progressons sur le chemin mieux nous pouvons aider les autres. De notre développement dépend la qualité de notre travail.

Il faut être honnête avec soi-même et avec les autres, bannir le mensonge et la complaisance de notre fonctionnement général. Pour cela, il faut étudier le mode de fonctionnement de l’esprit et du mental, et connaître leurs modes d’apparition et leurs manifestations. Il est important de s’adonner régulièrement à la meditation.

Le travail spirituel en général ne devrait pas connaître de pause. Nous ne pouvons pas dire à un moment donné:  » Pendant x temps je ne respecte plus mes engagements pour telle ou telle raison, et je reprendrai le tout plus tard ». L’évolution du Chevalier Rose-Croix ne se fait pas comme celle d’un parcours professionnel: pas d’année sabbatique, ou de congé exceptionnel! L’avancement doit se faire à notre rythme, en fonction de nos possibilités sans retour en arrière. Si nous tombons, nous devons nous relever et poursuivre notre chemin. Il ne faut pas penser: « Je suis tombé une fois, j’abandonne, je ne peux pas! ». Quelqu’un qui se connaît bien, connaît ses forces et ses faiblesses, et doit travailler avec elles. Rien ne sert de nous torturer l’esprit parce que nous n’avons pas encore atteint tel ou tel niveau de réalisation. Il faut accepter d’être là où on est rendu, en conservant la motivation de progresser et d’évoluer.

Cette acceptation de notre état actuel ne doit toutefois pas être de la complaisance. J’accepte d’être là où j’en suis, mais je prends sans cesse l’engagement d’avancer, de tout mettre en oeuvre pour progresser … pour pouvoir sans cesse mieux aider les autres, c’est la mission du Chevalier Rose-Croix.

 

La Vigilance

La vigilance appliquée à nos paroles et à nos actions ne peut être effective que si elle a d’abord pris une grande place dans notre pensée. La pensée c’est le fondement de toutes nos transformations. Réfléchir sur les avantages de la vigilance, approfondir cette qualité est un moyen très puissant pour agir sur l’action.  

L’application de la vigilance dans la méditation c’est aussi très important, c’est la concentration.

Caritas

Pour le Chevalier Rose-Croix, la Charité est, sans doute, dans son sens
le plus commun, ce sentiment qui nous fait pencher sur les misères et
les malheurs de nos semblables pour essayer de les en délivrer ou de
les consoler. Mais, la Charité pour nous va bien au-delà. Elle procède
de l’unité du Cosmos: ce degré nous a permis d’adhérer à cette
conception, de nous sentir partie intégrante du Grand Tout, donc de
nous vouloir responsable de son évolution.

La Charité nous porte, dès lors, à nous identifier par un acte d’Amour à tout ce
qui vit: elle nous pousse à nous intégrer à l’Oeuvre Éternelle en voie
d’accomplissement. Elle nous entraîne à faire nôtre la grande cause de la
Rédemption Universelle, Rédemption qui ne sera possible qu’en aidant chaque être
à rendre l’esprit moins dépendant de la matière. Enfin ainsi que l’a dit le
Christ, « nous devons aimer notre
prochain comme nous-mêmes, car il n’y a pas de commandement plus grand
que celui-là » (Marc 12)

La vigilance

Celui qui veut garder la règle doit garder soigneusement son esprit et
son Coeur ouverts. La règle est impossible à garder pour qui ne
maîtrise pas l’esprit volage, le mental.

Le mental, pur-sang sauvage, dans la fureur du rut, ne cause pas autant
de malheurs que n’en cause l’esprit débridé.

Quand le pur-sang mental est lié par la corde de l’attention, alors
tout danger disparaît et tout bien est accessible.

Quand le Coeur et l’Esprit s’ouvrent alors le pur-sang mental se libère
dans la prairie et se calme.

Amour, Joie, Compassion

Agissons !

Il faut se montrer indulgent pour tout ce qui vient au secours de la
faiblesse humaine. Nous, Adeptes de l’Art Royal, nous contentons trop
souvent de recevoir les degrés symboliques, mais sans jamais les
possèder jamais efficacement. Nous détenons des trésors, mais en
ignorons la valeur et n’en tirons aucun parti. Or, le degré de
Chevalier Rose+Croix a comme seule mission de répandre l’Amour, la Joie
et la Compassion autour de nous, dans nos familles, nos amitiés, nos
connaissances et même chez les inconnus. Agissons !

Un

Seul nous ne sommes qu’un, ensemble nous devenons Un.

Pour les Chevaliers Rose-Croix Dieu c’est l’interdépendance entre tous et tout.

Frater

La générosité pour le Chevaliers Rose-Croix

La Générosité c’est l’intention du don avec une pure motivation. Il ne s’agit
pas de donner seulement à ceux que l’on aime – ce qui est facile – mais d’être
motivé par la plus grande équanimité possible. Apprendre à donner à nos ennemis
est une chose autrement plus ardue que de donner à nos proches, ce qui est des
plus méritoire. Il est certain qu’au début du travail l’attitude n’est pas
spontanée et qu’elle résulte d’une réflexion, comme pour un sport dont certains
gestes ne sont pas encore faciles parce qu’on n’en a pas l’habitude, mais qu’on
persiste à pratiquer en connaissant les bénéfices qu’il nous apportera.

Les bénéfices de la générosité sont multiples, dans la vie actuelle comme pour
la vie future. Dans la vie de tous les jours, nous recherchons tous un peu de générosité de la part des autres, et réciproquement. De même nous nous réjouissons de voir quelqu’un de charitable, nombreux sont ceux qui apprécient ceux qui savent donner.

Le don n’est pas que matériel. On peut distinguer trois types de dons:

- protéger les êtres de la peur et de ce qui les menace, entre autres les
danger.

- le don d’objets, de biens matériel, d’argent: bien sûr, on pourrait penser que
ce type de don n’est réalisable qu’en possédant une grande quantité de biens, il
s’agit avant tout d’un état d’esprit. Le fait de penser sincèrement que, si nous
avions les moyens, nous saurions donner à ceux qui en ont besoin est déjà une
marque de générosité.

· le don d’enseignements, d’explications sur la pratique du Chevaliers
Rose-Croix: tout le monde n’a pas la capacité d’enseigner. Mais se dire que l’on
va chercher à apprendre pour pouvoir un jour enseigner est une pensée généreuse.

Pour que ces actes s’inscrivent dans la voie du Chevaliers Rose-Croix, ils
doivent être accompagnés de l’amour universel qui est le souhait que tous les
êtres obtiennent le bonheur, en dédiant les mérites de ses pratiques et de ses
actes pour le bien de tous les êtres. Cet amour mène à la Transfiguration, sans
pour autant que la personne ne s’implique forcément dans une démarche
particulière pour venir en aide aux autres.

Pour que le don soit l’aboutissement d’une motivation juste, il n’est pas
question de donner en se disant que l’on va ainsi acquérir des mérites. On peut
être conscient du mécanisme lié aux actions vertueuses, mais il ne faut pas que
ce soit le moteur de notre attitude. La générosité est une philosophie de vie à
part entière. Elle résulte d’une réflexion sur le sens de sa propre vie et celle
des autres, sur la souffrance de tous les êtres et sur la générosité dont font
preuve des êtres de notre entourage qui donnent leur vie pour aider les autres
qui sont parfois dans des conditions difficiles.

Aider tous les être à trouver la Paix, l’Amour et l’Harmonie et poursuivre notre
mission jusqu’à ce que tous les êtres l’aient trouvé voilà la plus grande
Générosité, celle du Chevaliers Rose-Croix.

Sagesse et Amour

L’Éveil du coeur

Comment devient-on un Chevalier Rose-Croix ? Comment s’embarquer pour la
réalisation de ce sublime idéal spirituel ? Il ne s’agit pas ici de faire partie
d’un mouvement ou un autre. Évidemment, il est important d’avoir reçu
l’Initiation, mais une fois le germe déposé, c’est l’attitude entière,
intérieure et extérieure, qu’il nous faut changer. On devient un véritable
Chevalier Rose-Croix, en s’orientant personnellement de tout son être dans la
voie Christique de l’Amour, pour le bien de tous les êtres sensibles, c’est
l’éveil du « cœur  » ou l’éclosion de la Rose sur la croix. Dans sa signification
première, la croix c’est nous dans toute notre amplitude, corps, âme et esprit,
placé dans la souffrance et les difficulté intérieur et extérieur de la vie. On
peut y voir aussi la réalisation de la Gnose, la Connaissance représenté par les
deux axes principaux de l’univers, c’est l’infini qui se retrouve au centre ou
tout est un, l’Omniscience, la Gnose ou la Connaissance. La Rose c’est le seul
moyen de se sortir de la souffrance et d’accéder à la Gnose. Cette Rose est un
baume dans la vie, mais surtout une transfiguration qui passe par l’Amour et la
Connaissance. Nous pouvons penser à la transfiguration autant que nous le
voulons. Nous pouvons lire à son propos, y penser, en parler. Mais, la
transfiguration, à la fois Gnose et Amour ne se réalise pas en lisant, ou en
parlant. Penser à la Transfiguration ne nous transforme pas en Chevaliers
Rose-Croix. Réfléchir et développer ses qualités en nous, est certes important
et nécessaire mais la transfiguration n’est pas juste une pensée, c’est beaucoup
plus que cela. On peut l’expliquer comme  » attitude d’Amour et de Connaissance »
; ou encore « l’intention d’Amour et de Connaissance » : La Rose et la Croix La
transfiguration représente la manifestation, voir l’éruption en nous de quelque
chose de plus grand que nous : l’émergence à l’intérieur de notre expérience
ordinaire de quelque chose d’une nature complètement différente qui n’est plus
en nous et pour nous mais en tous et pour tous.

Paroles Soufis

Des paroles soufis qui ressemblent beaucoup à la mission du Chevaliers
Rose-Croix.

Aimez tout le monde et n’ayez de haine pour personne.
Cela ne vous sert à rien de parler simplement de la paix.
Cela ne vous mènera pas loin de parler simplement de Dieu et de religion.
Faites surgir toutes les forces latentes de votre être et
découvrez la splendeur totale de votre Etre éternel.

Soyez plein de paix et de joie en abondance,
et répandez-les où que vous alliez et que vous vous trouviez.
Soyez un feu ardent de vérité.
Soyez une fleur magnifique d’amour
et un baume calmant de paix.
Avec votre lumière spirituelle, dissipez l’obscurité de l’ignorance.
Dispersez les nuages de discorde et de guerre, et
diffusez la compréhension, la paix et l’harmonie entre les êtres.

Ne recherchez jamais de l’aide, du soutien ou des faveurs de personne,
sauf de Dieu.
N’allez pas aux cours des rois, mais ne refusez ni votre bénédiction
ni votre aide aux personnes dans le besoin, aux pauvres, aux veuves
et aux orphelins lorsqu’ils frappent à votre porte.

Votre mission est d`être au service des gens.
Remplissez-la avec loyauté et courage

Chevaliers Rose-Croix par excellence

Impermanence

L’impermanence est une motivation extrèmement puissante pour nous Chevaliers
Rose-Croix, afin de poursuivre notre démarche spirituelle. Quand nous prenons
réellement conscience de notre finitude, notre démarche, notre entraînement de
l’esprit et notre mission se précisent. Cette prise de conscience crée en nous
une détermination à toute épreuve. Quand nous avons compris que notre vie
n’était pas éternelle et que du jour au lendemain nous pouvions disparaître en
laissant en plan ce que nous avions entrepris, notre devoir de Chevaliers
Rose-Croix prend toute la place.

La mission du Chevalier Rose-Croix est clair et limpide: répandre la bonté, la
générosité et l’Amour et aider les autres à retrouver le bien-être.

Tant qu’il y aura des âmes plongées dans ce mal qu’est la soufrance, nous,
Chevaliers Rose-Croix, seront présents et déterminés à les sortir de ce
mal-être.

Rassurer les Âmes
Calmer les Esprits
Répandre l’Amour

Égalité et équanimité, Amour Fraternelle

Si la compassion, la gentillesse et l’affection vous animent, vous communiquerez
bien plus facilement avec les autres. La chaleur humaine permet l’ouverture.
C’est alors que l’on découvre que tous les êtres humains sont comme nous, tout
simplement ». Cette compréhension permet d’être dans des dispositions plus
amicales et rend plus facile l’instauration de relations agréables avec les
autres. Obtenir le bonheur dépend de ce que nous développons à l’intérieur de
nous, et un tel changement ne peut se réaliser que lentement. C’est donc une
démarche dont la réalisation peut nous sembler longue, mais c’est cette
transformation graduelle qui fera de nous des gens heureux.

Ce processus d’apprentissage qui tend vers les actions positives portera ses
fruits. Il suffit de regrouper les conditions propices à son développement,
comme on le fait, par exemple, pour celui d’un pommier: avec de l’attention, de
la patience, de la persévérance, des connaissances en horticulture et de
l’amour, on pourra plus tard se régaler de belles pommes juteuses et éclatantes
de santé! Le pommier, grâce à nos soins, sera fort et droit, et produira des
fruits succulents, même s’il n’était au départ qu’une graine que nous tenions
dans le creux de notre main.

Notre avenir est aussi quelque chose que nous tenons entre nos mains, et il
dépend des gestes que nous posons maintenant, dans notre quotidien. Selon que
ceux-ci soient bons ou mauvais, nous récolterons ce que nous aurons semé. Nos
bonnes ou mauvaises actions influenceront notre aptitude à être heureux dans
l’avenir. À prime abord, cela semble raisonnable. Il est facile d’associer tel
comportement, bon ou mauvais, avec des dispositions intérieures ayant comme
résultat la paix ou les difficultés. Mais en plus d’avoir des répercussions dans
la vie présente, ces actions auront des effets dans l’état intermédiaire qui
suit la mort et dans la prochaine vie à venir.

Technique pour transformer l’esprit

Les Chevaliers Rose-Croix pratique une technique très judicieuse pour
transformer l’esprit afin qu’il s’oriente résolument vers l’Amour. Cette
technique date de très longtemps. Je vous invite à méditer et reméditer ce
texte, il a une grande valeur de transformation.

Après avoir médité sur l’Égalité ou l’Équanimité, il s’agit de voir tous les
êtres sensibles comme étant nos enfants ou nos mère.Cette deuxième étape
consiste à changer la vision que nous avons des êtres sensibles. Notre
conscience d’aujourd’hui est la continuation de notre conscience d’hier. En
remontant le fil ainsi de suite, on en arrive au début de notre vie présente. Si
on continue le processus, on trouve que la conscience, créée toujours par un
moment de conscience précédent qui agit comme cause directe, ne peut être créée
du néant. On en vient donc à la conclusion logique que notre conscience existait
avant notre naissance présente et qu’elle s’était appropriée un autre corps. On
peut remonter le fil ainsi de manière infinie. Nous avons donc pris un nombre
infini de corps et avons eu besoin d’une nouvelle mère à chaque fois. Dans
plusieurs vie nous avons été des mères et donc nous avons eu un nombre infini
d’enfants. De là la conclusion que chaque être a déjà été notre douce mère ou
notre enfant. Nous devrions nous rappeler, chaque fois que nous voyons un être
sensible : cet être a déjà été ma mère ou mon enfant au cours de mes nombreuses
existences.

Quand on médite longuement ce sujet et qu’on en vient à comprendre son sens
profond, notre regard sur les autres change instantanément.

L’Amour bienveillant

L’amour bienveillant est le désir sincère de donner l’amour à tous les êtres.
Pour leur apporter un bénéfice concret, nous devons voir les êtres comme des
amis proches; autrement, nous ne serons pas enclins à les aider spontanément.
Nous devons regarder chaque être, même notre propre ennemi, avec les yeux de
l’amour et souhaiter de tout coeur lui apporter la joie et le bonheur.
Développons une vision plus large en voyant qu’au cours de toutes nos vies, nous
avons eu des relations très proches et intimes avec chaque être et que nos amis
présents ne le sont que temporairement. En fait, chaque être est égal dans son
désir de bonheur et entraînons-nous à voir tous ceux qui nous entourent comme
nos parents, nos frères ou nos soeurs. En voyant les gens ainsi, nous ne
souffrirons plus vis-à-vis des autres car nous ne verrons que les côtés positifs
d’une relation avec eux. Nous récolterons donc nous aussi plus de bonheur.

Sagesse, Amour et Joie

Égalité et Équanimité

Il est très important de méditer sérieusement sur l’équanimité. Au même titre
qu’un terrain bien au niveau est d’une importance primordiale pour entreprendre
la construction d’une maison solide, une parfaite idée de l’équanimité est
nécessaire à l’établissement de la pensée du Chevaliers Rose-Croix. La démarche
du Chevaliers Rose-Croix se base sur une intention sincère de sauver tous les
êtres sans exception de toutes leurs souffrances. Il est donc primordial de voir
tous les êtres comme étant égaux. Dans notre vie de tous les jours, il nous
arrive sans cesse de catégoriser les gens selon trois groupes : nos amis, nos
ennemis et les inconnus. Par rapport à ces trois groupes, on développe
respectivement l’attachement, l’aversion et l’indifférence.

Si on regarde les causes profondes qui nous poussent à différencier les gens de
la sorte, on verra qu’il n’y a pas là de cause logique ou permanente. Ceux dont
on se rappelle l’aide qu’ils nous ont apporté, on les appelle nos amis, ceux qui
nous ont nui, on les nomme nos ennemis et les autres sont classés comme
indifférents ou inconnus, car nous n’avons pas de relation avec eux. Pourtant
nos relations, même au cours d’une seule vie, bougent constamment : tantôt on
rencontre des inconnus, qui deviennent tantôt des ennemis ou des amis. Il est
rare que l’on entretienne le même type de relation avec une personne pendant
toute une vie. Imaginez au cours de plusieurs vies, il est bien évident que
c’est encore plus flagrant : peut-être notre meilleur ami d’aujourd’hui était-il
notre pire ennemi dans une vie passée.

Aimez-vous les uns les autres a dit notre Maître.

La meilleure attitude consiste donc à voir tous les êtres comme étant égaux et
comme nos meilleurs amis. De toutes façons, ils nous apportent chacun leur aide
à leur façon, car même nos ennemis nous sont bénéfiques dans notre développement
spirituel: ils nous incitent à développer nos forces intérieures, comme la
patience et la vigilance. Nous devrions donc voir tous les êtres comme égaux et
abandonner l’attachement, la haine et l’indifférence. Soyons remplis d’amour
pour ces êtres qui souffrent tous sans mesure.

Réflexion d’un Chevalier Rose-Croix par excellence

Dieu n’est pas dans l’espace. 

Dieu lui-même est homme et l’homme est Dieu.  L’Essence divine est amour et sagesse. 

L’amour divin et la sagesse divine sont substance  et forme. 

L’usage de toutes les créatures monte par degrés,  depuis l’être le plus éloigné de l’homme jusqu’à 

l’homme; et par l’homme, jusqu’au Créateur,  principe de tout . 

Dieu est le même dans le plus petit comme dans le  plus grand. 

Dans le monde spirituel, on voit des terres, des  eaux, des atmosphères, comme dans le monde naturel; 

mais celles du premier sont spirituelles et  celles du second sont matérielles. 

Le Seigneur de tout, Jehovah  a pu créer l’Univers  et tout ce qu’il contient, sans être homme. 

Il existe, dans les matières, une Force qui tend à  la production des formes des êtres. 

Toutes les formes des productions de la nature  présentent une espèce d’image de l’homme. 

Tout ce qui est dans l’Univers, considéré quant  aux différents êtres, présente une image de 

l’homme, et atteste que Dieu est homme. II  existe deux facultés ou principes, la Volonté et 

l’Entendement, créés pour être les réceptacles du  Seigneur. 

La vie de l’homme est dans ses principes et ses  principes sont dans son cerveau. 

La vie corporelle de l’homme existe par la correspondance  du vouloir avec le coeur, et de l’entendement 

avec le poumon   Cette correspondance peut nous découvrir plusieurs 

choses ignorées, tant sur ce qui concerne  la volonté et l’entendement que sur l’amour et la 

sagesse.  Quand on connaît la correspondance du coeur 

avec la volonté et celle de l’entendement avec le  poumon, on connaît ce que c’est que l’âme de 

l’homme.  La Sagesse ou l’Entendement tient de l’Amour 

divin le pouvoir de s’exalter, de recevoir la lumière  du Ciel et de comprendre ce quelle manifeste. L’amour divin, épuré par la sagesse, dans 

l’entendement, devient spirituel et céleste.

Conseil du coeur aux Chevaliers Rose-Croix

Chers Chevaliers Rose-Croix

Dans la pratique spirituelle, au début on est souvent plein de courage, puis on attend des résultats, et finalement on se lasse et l’on devient blasé. C’est le signe qu’on a une vue trop courte. Espérer un résultat rapide est une erreur, à moins de faire des efforts comparables à ceux des grands Maîtres. N’est-il pas significatif qu’il ait fallu aux Maîtres toute une vie et souvent bien plus pour atteindre la réintégration ? Comment penser qu’on puisse y parvenir en quelques années de travail? Cela montre qu’on ne connaît pas les enseignements. Prétendre, comme on le fait parfois, qu’en pratiquant pendant trois ans on peut atteindre l’état de réintégration n’est pas sérieux.

Il est excellent de s’enthousiasmer pour la pratique, mais quand on dit que les Maîtres atteignirent le sublime accomplissement qu’après un temps incalculable, considérons qu’il faut tout ce temps-là pour parvenir à la réintégration. Selon le christianisme Jésus vivait près de son Père dans son corps de Gloire. Il descendit ensuite sur la terre et recommença depuis le début dans son existence terrestre. Selon le Mahâyana le Bouddha avait depuis longtemps atteint l’Éveil dans le corps de sagesse. Il prit ensuite l’aspect du corps d’apparition et fit comme s’il recommençait le processus de l’Éveil depuis le tout début. Alors, nous qui apprenons à suivre leurs traces, ne manquons jamais de réfléchir au fait que, même dans leur dernière existence, ils ont consacré encore plusieurs années à pratiquer. Cela nous empêchera peut-être de ressentir le découragement.

On dit, il est vrai, qu’il existe des voies où il est possible de franchir des étapes très rapidement sans abandonner les émotions négatives. Ce sont des Voie qui ne sont pas sans risque. Plusieurs personnes qui les ont pratiquées y ont laissé leur équilibre émotif. Si l’on pratique ce genre de contresens, on risque de déséquilibrer tout son être. Si en revanche notre enthousiasme se fonde sur une réelle connaissance du fonctionnement de la voie, en travaillant sur la purification de tout son être par l’éthique et à la reconstruction de son être intérieur, nous ne nous affaiblirons pas, au contraire. Comprendre cela est essentiel.

Un autre point. Les Chevaliers Rose-Croix véhiculent des préceptes ou des règles morales qui servent à mettre en valeur les qualités humaines. Ceux qui négligent cet aspect moral et ne s’intéressent qu’à la magie, l’alchimie ou à la théurgie, ne sont pas dans l’Imitation du Christ et ne participent donc pas à la mission que se sont données les Chevaliers Rose-Croix.

Le but de la pratique n’est pas d’obtenir des pouvoirs miraculeux mais de transformer notre être, de reconstruire notre corps de gloire. Le principal problème est que nous ne sommes pas prêt à y consacrer le temps nécessaire.

Une fois que l’on a intégré des valeurs morales fortes, après avoir travaillé pendant plusieurs années sur les idées, on sera alors suffisamment déterminé à poursuivre notre démarche vers des voies plus avancées. On aura développé notre volonté, notre discernement, notre courage, notre persévérance etc. Muni de ces qualités, on pourra pratiquer l’Ultime Voie des Chevaliers Rose-Croix c’est-à-dire la Transfiguration par la reconstruction de notre Corps de Gloire. Nous devons d’abord nous attacher au but principal de la pratique des Chevaliers Rose-Croix qui est de maîtriser son esprit et de se libérer de nos afflictions mentale et émotives.

Certains n’ont pas particulièrement foi dans l’enseignement, mais s’y intéressent de façon purement académique. D’autres ont foi dans cet enseignement mais se contentent de l’étudier intellectuellement et d’en acquérir une connaissance purement théorique. Le problème est que le seul but de cet enseignement est de nous aider à transformer notre être, pas d’acquérir un savoir de plus. Si après l’avoir appris nous ne le mettons pas en pratique, il ne sert strictement a rien. On court le risque de devenir blasé, quelqu’un qui connaît l’enseignement en théorie, qui sait en parler, mais qui en ignore le « goût » parce qu’il ne l’a pas transformé en expérience vivante. En revanche quand on applique cet enseignement à l’intérieur de soi, on en découvre la véritable saveur et le risque de devenir blasé s’évanouit. Il faut donc mêler intimement l’enseignement à son esprit. Connaissance et pratique doivent aller de paire

Un dernier point, si votre désir en tant que Chevaliers Rose-Croix est de vous consacrer à la charité, c’est une bonne chose. Mais, vérifiez que votre intention afin qu’elle soit parfaitement pure. L’action sociale est valable dans notre démarche de Chevalier Rose-Croix que si elle s’accompagne de l’Amour et de la Compassion et si on ne s’engage pas dans la voie de la Transfiguration de tous les êtres.

Égalité et Équanimité d’esprit

Égalité et Équanimité sont deux termes qui vont très bien avec la voie
Christique des Chevaliers Rose-Croix. Pour bien comprendre ces termes en
fonction de notre vie intérieure, nous parlerons d’Égalité ou d’Équanimité
d’Esprit. Le Chevaliers Rose-Croix se doit d’être un veilleur, un couvreur au
niveau de sa vie intérieur. Sa conscience, gardienne de tout son être, veille
sur ses états mentaux et émotifs. La vigilance et l’attention sont donc des
qualités essentielles à développer afin de permettre à sa conscience d’agir. Par
exemple, comment réagit-on devant la louange ou le blâme.

Quand on est loué, félicité, nous est-il possible de prendre conscience de notre
réaction ? Est-ce que nous repoussons la louange automatiquement, pour éviter un
malaise, ou au contraire, est-ce que nous nous réjouissons et en redemandons ?
Étant blâmé, peut-on être présent à notre réaction ? Notre réaction peut prendre
plusieurs formes : quelquefois on essaiera de justifier notre action, ou on se
blâmera, ou on fera porter le blâme sur la personne qui nous blâme. On pensera
immédiatement que la personne a raison, ou, au contraire, qu’elle a tort.

Bien sûr nous nous sentons probablement mal quand on nous blâme. La question est
la suivante : pouvons-nous rester attentif au sentiment de malaise sans nous
perdre dedans ? Pouvons-nous demeurer conscient de notre réaction au blâme au
lieu de nous laisser entraîner dans l’histoire ? S’il s’agit d’une information
utile, pouvons-nous en retirer quelque chose ? Dans le cas contraire,
sommes-nous en mesure de lâcher prise ? Pouvons-nous voir qu’aussi bien la
louange que le blâme échappe complètement à notre contrôle ?

Qu’en est-il du gain et de la perte. Comment réagissons-nous au gain ? Le gain
est-il toujours quelque chose de positif ? Comment réagissons-nous à la perte ?
Une perte est-elle toujours quelque chose de négatif ? Quand nous réfléchissons
à nos expériences passées, n’est-il pas exact que ce que nous avions tenu pour
un gain s’est révélé être une perte et, inversement, ce que nous avions pris
pour une perte s’est finalement révélé être un gain. Lorsque nous nous attachons
à un gain, n’y a-t-il pas la peur de perdre ce qui a été gagné ? Avec
l’attachement qui naît du succès, n’y a-t-il pas en même temps la peur de
l’échec ?

Chaque culture a sa propre idée fixe de ce qui constitue un succès et un échec.
Quand nous nous agrippons à certains modèles prédéfinis, nous nous exposons à la
déception. Si nous voulons retrouver une liberté intérieure authentique, il nous
faut remettre en question ces modèles de comportement pour laisser surgir notre
propre compréhension des choses. Nous verrons alors que gains et pertes font
partie des flux et reflux de la vie.

Dans la pratique de l’équanimité il nous faut devenir conscient de notre
relation au plaisir et à la douleur. Que se passe-t’il quand nous courrons après
le plaisir et repoussons la souffrance ? Nous est-il possible de comprendre la
souffrance inhérente à la poursuite de cette recherche du plaisir et d’évitement
de la douleur ? Cette souffrance est-elle inhérente à ces d’opposés ? Ou bien
est-il possible d’expérimenter le plaisir pleinement sans s’y attacher et
essayer de le perpétuer ? Quand nous expérimentons une sensation douloureuse,
pouvons-nous nous ouvrir à la douleur sans essayer de la repousser ?

Pour se libérer de ces phénomènes il nous faut comprendre que leur nature est
changeante. Comprenant que le plaisir et la douleur surgissent puis
s’évanouissent, voyant que les deux opposés sont souvent hors de notre contrôle,
nous apprenons à ne pas nous attacher ; dans le non-attachement nous trouvons la
liberté. Nous nous ouvrons au plaisir et à la douleur et cependant nous ne
sommes pas submergés par le désir ou l’aversion.

Se soucier d’avoir une bonne ou une mauvaise réputation constituent aussi une
opposition sur laquelle nous devons réfléchir. Éprouvons-nous le besoin d’être
vu par les autres quand nous accomplissons un acte méritoire ? Quelle est notre
réaction à une critique ? Quelle relation entretenons-nous avec les statuts ? En
devenant conscient de quelle manière nous prenons soin notre réputation, nous
nous libérons des opinions des autres.

Afin de nous familiariser avec ces conditions et devenir plus équanimes, il nous
faut comprendre leur non substantialité. Par la pratique de l’attention nous
devenons plus conscients de leur impermanence inhérente. Nous voyons la nature
conditionnée de la réputation et comprenons que la paix durable et le bonheur ne
surgissent pas de la renommée. Nous voyons que de mauvaise paroles n’ont qu’un
effet temporaire et ne devraient pas nous affecter durablement. Plus nous serons
à même de trouver notre équilibre en relation à ces conditions et plus nous nous
libérerons du besoin d’être perçu d’une manière particulière. Nous découvrirons
alors une paix qui ne dépend pas de la manière dont les autres nous perçoivent.
La pratique de l’équanimité d’Esprit ne signifie pas que nous devons devenir des
êtres passifs. Quand il fait chaud nous ouvrons la fenêtre. Mais chaque fois
qu’il n’est pas en notre pouvoir de changer les choses pouvons-nous trouver un
refuge intérieur ? Ce refuge intérieur est l’équanimité d’esprit.

Sagesse, Amour et Joie

Penser à Dieu.

Quelqu’un qui « pense à Dieu », même s’il était très pieux, cela ne peut être décrit comme étant une expérience spirituelle. Qu’il pense à Dieu comme à un vieux monsieur assis dans les nuages, ou comme à un être pur ou à une énergie cosmique ou quoi que ce soit,  il ne fait que penser à Dieu. Mais s’il vie l’expérience de la descente du Saint Esprit, et qu’il entre dans l’état Christique, cela est tout autre chose .

L’Esprit Saint ne doit pas être pris en tant que concepts mais en tant qu’expérience spirituelle. Nous remarquons que l’origine du concept est aussi basé sur une expérience  spirituelle autant que sur une cosmologie. Les différences entre le concept de Dieu, dans le sens orthodoxe, et ce que l’on entend vraiment par l’expérience de la descente de l’Esprit Saint sont évidentes. On utilise le terme Dieu de façon générale pour indiquer une sorte d’élément transcendantal dans l’univers, mais l’idée a-t-elle quelque chose en commun avec l’expérience de la transfiguration. 

L’expérience Christique est une expérience spirituelle profonde acquise et basé sur l’Amour et la Gnose. Ce n’est cependant pas qu’une expérience personnelle, égoïste et égocentrique. C’est plutôt la prise de conscience de l’interrelation entre tous les phénomènes et tous les êtres vivants.   

Il est bien sûr possible de dire que l’expérience Christique s’est élevée dans cette personne ou dans cette autre. On pourrait penser qu’il existe un certain nombre de Chevaliers Rose-Croix (je suis, tu es, vous êtes des Chevaliers Rose-Croix ) comme autant d’idées lumineuses que nous pourrions avoir chacun indépendamment. On pourrait avoir l’impression qu’il y a une multitude glorieuse d’états Christiques, s’élevant dans des personnes différentes, faisant de chacune un Chevalier Rose-Croix. Mais il n’en est pas ainsi. Il n’y a qu’une expérience Christique à laquelle des individus participent, ou que des individus rendent manifeste, à des degrés différents.

Il est, bien sûr, plus probable que l’expérience Christique se développe dans une communauté spirituelle, dans une situation d’amitié spirituelle intense et d’encouragement, mais il n’est pas nécessaire que la « communauté spirituelle » soit un petit cercle fermé de personnes. Le Chevalier Rose-Croix progresse spirituellement seul mais il reste en interrelation et en interaction avec tous les êtres. Il est seul, comme en retraite solitaire, mais dans le monde. Il peut bien sûr participer aux activités d’une communauté spirituelle mais il restera cependant silencieux sur sa démarche de Chevaliers Rose-Croix tout en demeurant visible dans la manifestation de celle-ci. C’est ce genre d’attitude qui est de la plus grande importance. Le Chevaliers Rose-Croix doit être connecté spirituellement avec l’Esprit Saint, il doit toujours demeurer dans le Temple de l’Esprit Saint . La Chevalerie Rose-Croix  est en interrelation avec tous les êtres par l’Esprit Saint, c’est une démarche supra-individuelle ou intra-collective, un concept plutôt difficile à comprendre mais facile à appréhender lorsque vécu.

L’éveil du cœur du Chevalier Rose+Croix ou la Voie de la Transfiguration .

Comment devient-on un Chevalier Rose-Croix ? Comment s’embarquer pour la réalisation de ce sublime idéal spirituel ? Il ne s’agit pas ici de faire partie d’un mouvement ou un autre. Évidemment, il est important d’avoir reçu l’Initiation, mais une fois le germe déposé, c’est l’attitude entière, intérieure et extérieure, qu’il nous faut changer. On devient un véritable Chevalier Rose-Croix, en s’orientant personnellement de tout son être dans la voie Christique de l’Amour, pour le bien de tous les êtres sensibles, c’est l’éveil du « cœur  » ou l’éclosion de la Rose sur la croix. Dans sa signification première, la croix c’est nous dans toute notre amplitude, corps, âme et esprit, placé dans la souffrance et les difficultés intérieures et extérieures de la vie. On peut y voir aussi la réalisation de la Gnose, la Connaissance représentée par les deux axes principaux de l’univers, c’est l’infini qui se retrouve au centre ou tout est un, l’Omniscience, la Gnose ou la Connaissance. La Rose c’est le seul moyen de se sortir de la souffrance et d’accéder à la Gnose. Cette Rose est un baume dans la vie, mais surtout une transfiguration qui passe par l’Amour et la Connaissance. Nous pouvons penser à la transfiguration autant que nous le voulons. Nous pouvons lire ,en parler ou écrire à son propos. Mais, la transfiguration, à la fois Gnose et Amour ne se réalise pas en lisant, en écrivant ou en parlant. Penser à la Transfiguration ne nous transforme pas en Chevaliers Rose-Croix. Réfléchir et développer ses qualités en nous, est certes important et nécessaire mais la transfiguration n’est pas juste une pensée, c’est beaucoup plus que cela. On peut l’expliquer comme  » attitude d’Amour et de Connaissance » ; ou encore « l’intention d’Amour et de Connaissance » : La Rose et la Croix, La transfiguration, représente la manifestation, voir l’éruption en nous de quelque chose de plus grand que nous : l’émergence à l’intérieur de notre expérience ordinaire de quelque chose d’une nature complètement différente qui n’est plus en nous et pour nous mais en tous et pour tous.

ASSOCIATION JAPPO SUXLI MAI... |
Accompagnateur changeur |
TERRE-NEUVE NORD PAS DE CALAIS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le "Tchitchou" ...
| C.E.N.T.
| Club Canin Saint-Dié des Vo...